Wall Street : une fin de semaine en berne globalement

  •   Le 14/07/2020 à 21h28
  •   DEHOUI Lionel

Le monde se réveille une nouvelle fois avec plusieurs sujets qui font la Une des organes de presses, bien qu’ils ne soient pas identiques. En Europe par exemple, la presse s’intéresse particulièrement à la France, car le président français Macron vient de dévoiler son plan de relance à 100 milliards d’euros alors que le CAC 40 se retrouve en difficulté. En Espagne, il est question de l’arrestation de deux Algériens à Barcelone. Par contre, les États-Unis surveillent de près les chiffres venant de Wall Street et qui concernent donc leur économie. Il faut dire qu’à l’approche de la saison des résultats tant attendue, la Bourse de New York a clôturé la séance du lundi en berne. Les sociétés spécialisées dans la technologie restent les artisans majeurs de cet état de choses. C’est ce que montrent les différents indices du marché américain (en occurrence l’indice Nasdaq).

Wall Street : une fin de semaine en berne globalement
Droit image : krispdk - Flickr

Les chiffres importants

Selon les tendances du marché, le Dow Jones a clôturé la séance du lundi avec un léger gain de moins de 0,1 % à 26 085,8 points. Quant au Nasdaq Composite, il s’est abaissé de plus de 2,1 % en s’établissant à 10 390,8 points. En outre, quelques valeurs ont agité l’humeur des investisseurs américains et des actionnaires. Il s’agit par exemple du groupe Alphabet qui a principalement lâché 1,7 % tandis que son directeur général a fait une importante annonce.

En effet, selon l’annonce de ce dernier, le géant du secteur numérique Alphabet prévoit investir plus de 10 milliards de dollars dans l’économie indienne. Cet investissement sera effectif durant les cinq ou sept années à venir. Mais avant de se concentrer sur les valeurs venant des grandes entreprises bancaires, sachez que le groupe PepsiCo a grappillé exactement 0,3 %. Ce qui vient juste après le lancement de la saison des résultats effectué par ce dernier.

Remarque : Soulignons au passage que PepsiCo a annoncé que son BPA ajusté est de 1,32 dollar pour le compte de son exercice au deuxième trimestre 2020. Excepté tous les effets de change, l’on constate que ce BPA est en baisse de 11 % même s’il bat de sept cents le consensus. Ce mardi, les regards sont figés sur les différentes publications des plus grandes banques comme Citigroup, JPMorgan Chase ainsi que Wells Fargo.

 

Les nouvelles des groupes Pfizer et Analog Devices

Il faut dire que les investisseurs américains ont été soulagés par d’autres nouvelles provenant du secteur pharmaceutique. En effet, ils ont sincèrement salué les annonces faites par le géant groupe Pfizer (+4,1 %) et de son collaborateur allemand BioNtech. À ces deux groupes partenaires, la FDA a accordé une démarche d’évaluation accélérée en ce qui concerne leur projet de vaccin dans la lutte contre le Covid-19. Par contre, la journée semble difficile pour le groupe Analog Devices.

En effet, Analog Devices a perdu plus de 5,8 % tout juste après le relèvement de ses différents objectifs comptant pour le troisième trimestre de l’exercice 2019-2020. Le groupe laisse entrevoir une demande meilleure que toutes les prévisions faites sur les marchés finaux. Il a aussi fait un communiqué sur un accord très intéressant. Il s’agit de celui avec Maxim Integrated Products et qui concerne la fusion des deux groupes. C’est ainsi que se porte l’économie des États-Unis en ce jour.