Wall Street ouvre en baisse, toujours plombée par le plongeon pétrolier

  •   Le 22/04/2020 à 20h23
  •   DEHOUI Lionel

Lundi aux environs de 14 heures, la bourse de New York chutait de 1,92 % à 23 195,51 points pour le Dow Jones. Le Nasdaq quant à lui perdait 1,5 % à 8386,26 points. Le S&P aussi a connu une chute de 2,00 %, à 2766,75 points. La bourse de New York (Wall Street) termine la journée du lundi dans le rouge. Ceci est intervenu après l’effondrement du prix du baril de pétrole sur le marché. En effet, le contrat à échéance mai 2020 avait fini par un prix négatif. L’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones et le Nasdaq perdaient respectivement 2,44 % et 1,79 %. Ce phénomène, de l’ordre du jamais-vu à Wall Street sur le cours du baril de pétrole provoque une inquiétude chez les acteurs du marché, notamment les investisseurs. Il faut noter que le cours du pétrole américain sur le marché de New York à échéance mai a chuté pour terminer à moins de 38 dollars.

75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Wall Street ouvre en baisse, toujours plombée par le plongeon pétrolier
Droit image : krispdk - Flickr

La chute du cours de pétrole

Les investisseurs ont dû négocier leurs contrats pour s’en débarrasser en raison de l’insuffisance de l’infrastructure de stockage. Sur le marché de Wall Street mardi, les cours du baril brut enregistraient des chutes. Les contrats à échéance juin sur le baril WTI (West Texas Intermediate) et sur le Brent de la mer du nord ont respectivement perdu environ 30 % et 23 %.

Depuis quelques semaines, le marché du pétrole enregistre un effondrement des cours. Cette situation est causée par l’impact de la crise sanitaire du coronavirus. L’impact se traduit par les mesures restrictives comme le confinement et l’interdiction de voyager qui est un véritable frein pour les activités économiques. Cependant, il a entrainé une baisse drastique de la demande mondiale du pétrole.

 

Le soutien du gouvernement américain

Donald Trump, le président américain vole au secours des producteurs américains du pétrole et du gaz. Le président a fait savoir mardi qu’il y aura un plan d’urgence financier pour soutenir les producteurs américains. Il affirme avoir donné des consignes pour que les ressources financières soient allouées aux entreprises du secteur pétrolier et gazier. Ceci a été fait dans l’objectif de sauvegarder les emplois pour une longue durée.

Un autre sujet aussi important était au cœur des débats mardi entre les parlementaires démocrates et le gouvernement américain. Il s’agit des négociations pour l’obtention d’une seconde ligne de prêts fédéraux. Cet emprunt permettra de soutenir les petites et moyennes entreprises américaines face à la crise du Covid-19. Il faut préciser qu’aucun vote n’a été pour l’instant programmé malgré les discours encourageants des responsables démocrates et républicains la semaine passée.

 

Autres informations

Par ailleurs, Coca Cola, le groupe américain producteur des boissons, signalait mardi avant l’ouverture de Wall Street que les mesures adoptées pour contenir la crise du Covid-19 pourraient réduire ses ventes du second trimestre de cette année. Le titre de Coca Cola a perdu 0,6 % sur le marché. Par contre, l’entreprise américaine Lockheed, spécialisée dans la production des armes, parle d’une augmentation de son chiffre d’affaires sur les trois premiers mois.

Toutefois, ses unités de production et sa ligne d’achat de matière première pourraient être au ralenti en raison de la crise sanitaire.