Wall Street : les investisseurs prennent une humeur sombre

  •   Le 13/06/2020 à 11h43
  •   DEHOUI Lionel

La présente semaine tire à sa fin et il est important de se pencher sur les évènements qui font l’actualité boursière aux États-Unis. Il suffit de jeter un regard d’analyste sur le marché financier américain pour constater l’assombrissement de l’humeur des investisseurs américains. Il est vrai que la Bourse de New York a réalisé un enchaînement de plusieurs records tout au long des dernières semaines. Ce jeudi, Wall Street a ouvert avec une forte chute. Cette baisse a amené les investisseurs américains à entrer en possession de leurs gains suite à plusieurs évènements. Ces derniers ayant incité à la prudence. En effet, les indices du marché américain témoignent bien de cette ouverture en chute libre. L’indice vedette américain qu’est le Dow Jones chutait de 3,6 % à 26.008,5 points. Il est imité par l’indice Nasdaq Composite qui perdait à son tour 1,8 % à 9.835,2 points. C’est tout le contraire avec les actifs.

Tradez sur la Bourse de New-York !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Wall Street : les investisseurs prennent une humeur sombre
Droit image : krispdk - Flickr

Les actifs et la réaction des investisseurs

En effet, au cours de ces dernières semaines, les actifs à risque ont eu le vent en poupe. Cela s’explique par la fin des dispositions adoptées lors du confinement. À cela s’additionne le soutien monétaire et fiscal historique observé au niveau mondial pour faire face aux effets du Covid-19. Quant aux investisseurs, ils ont pris en compte certains éléments statistiques communiqués et qui sont meilleurs que les prévisions.

Ils constatent ainsi que le niveau le plus bas de l’activité économique avait été réalisé durant le fameux mois d’avril. À ce niveau, les investisseurs n’ont plus de doute. Une rotation favorable aux différentes actions cycliques accompagne ce «rally du printemps». Cela vient en remplacement aux titres les plus défensifs et aux valeurs de rendement. Mais tout a changé à partir des déclarations du président de la Fed Jerome Powell.

 

Les prévisions de la Fed

Le président de la Fed américaine a très vite découragé tous les espoirs liés à un redémarrage économique rapide aux États-Unis. Selon les prévisions de la Fed, il y aura une réduction de 6,5 % de l’activité économique américaine selon les responsables monétaires. Le président Jerome Powell a précisé que cette projection concerne uniquement l’année 2020. En revanche, cette prévision n’est pas le seul motif de déception.

En effet, avant fin 2021 ou encore début 2022, la Fed n’envisage pas un retour de l’économie américaine à son entière capacité de croissance. Il faut rappeler qu’à la fin de l’année dernière, la croissance économique était de +2 %. En ce qui concerne le marché du travail aux États-Unis, les dernières données font état d’une baisse du rythme des destructions d’emplois. Toutefois, ce recul est très timide.

 

Les chiffres du Département de Travail et l’état de Texas

Le Département du Travail a enregistré plus de 1.542.000 inscriptions pour les allocations chômage au cours de la semaine du 6 juin. Ce total est obtenu en données corrigées pour les variations saisonnières. Toutefois, cela représente un recul de 355.000 dossiers par rapport aux 1.877.000 nouvelles inscriptions enregistrées durant la semaine précédente.

Le changement d’humeur affiché par les investisseurs américains ce jeudi est aussi la conséquence de la possibilité d’enregistrer une nouvelle vague d’infections au covid-19. Un fait confirmé par des données faisant état de nouvelles personnes contaminées dont le total est à la hausse au Texas. Au niveau des valeurs, l'action du groupe Apple chutait de 0,8 % alors que Target avançait de 0,6 %.