Wall Street : la phase d’euphorie retombe

  •   Le 29/08/2020 à 23h46
  •   DEHOUI Lionel

Les sujets qui faisaient l’actualité ce mercredi 26 août 2020 étaient de diverses formes. Par exemple, on pouvait voir le titre Icade dont le rebond s’est amorcé sur 53,3 E avant de s’accélérer. Du côté du groupe Orange aussi, l’on assistait à la confirmation du pullback sous les 10E. Par ailleurs, le titre Atos signait une bonne orientation suite à des propos d’analyste. Le point culminant restait Wall Street qui voyait la rechute de la phase d’euphorie.

75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Wall Street : la phase d’euphorie retombe
Droit image : krispdk - Flickr

L’ambiance à Wall Street ce mercredi

Ce mercredi matin, Wall Street faisait une ouverture à l’équilibre avec des investisseurs qui souhaitent manifestement reprendre leur souffle. Une attitude qu’ils affichent après les records historiques enregistrés ces derniers jours. Ce qui a impacté les différents indicateurs à 30 minutes du coup d’envoi des échanges. En effet, le contrat à terme à propos de l’indice S&P 500 est en recul de 0,1 %. Mais les futures sur le Nasdaq 100 grappillent 0,1 % environ.

Ces valeurs présagent ainsi un début de séance relativement incertain. Il faut préciser que le S&P500 venait ainsi de signer sa série de gains la plus longue de toute l’année. Cet indice a aligné quatre semaines de hausse consécutivement. Logiquement, l’indice de référence des gérants aux États-Unis a réalisé de nouveaux plus hauts historiques durant la séance du mardi. Mais l’ambiance n’est plus la même depuis ce mercredi matin après ce supposé « rallye estival ».

 

L’analyse de Jefferies

En effet, les investisseurs semblent être dans l’attente de nouveaux éléments favorables ou catalyseurs afin de se remettre à l’achat. Précisons au passage que les valorisations des actions font parfois l’objet de jugement de la part des analystes.

Très vite, Jefferies a donné un avertissement. Selon l’analyste, certains des indices ont commencé par se diriger vers la fameuse zone qualifiée « d’euphorie ». Selon lui, cela laisse penser que la nécessité de gérer le risque de perte s’impose désormais. Le broker a également fait un état des lieux au cours des dix dernières séances de Bourse. Il trouve en effet que les marchés d’actions aux États-Unis commencent à afficher quelques signes d’épuisement. Tout ceci à l’écart des nouveaux plus hauts historiques que la Bourse a enregistré. Jefferies ne s’en est pas arrêté sur ce point assez important.

 

Quelques rebonds et l’attente vis-à-vis de la Fed

Il faut savoir que le broker a souligné que le fameux rallye s’est établi bien au-dessus de la moyenne enregistrée pour les précédents redressements. Rappelons que ces derniers avaient assisté au rebond de l’indice S&P 500 après avoir touché son plus bas niveau. Par ailleurs, il a été annoncé que les commandes de biens durables aux États-Unis ont réalisé un rebond de 11,2 % au cours du mois de juillet. Un chiffre publié en début de journée de ce mercredi.

Cependant, cela n’a pas suffi pour faire repartir la tendance à la hausse. Tous les regards des intervenants de marchés sont donc tournés vers Jerome Powell, le président actuel de la Fed. Ce dernier dispose du nécessaire pour restaurer l’optimisme des marchés boursiers. Le président s’est engagé à faire d’importantes annonces à la conférence de ce jeudi 27 août. Il présentera notamment une nouvelle doctrine sur l’inflation, laquelle s’annonce plus souple.