VINCI Airports : chute de 82,4 % du trafic dans les aéroports au premier trimestre

  •   Le 20/04/2021 à 15h27
  •   DEHOUI Lionel

Au cours du premier trimestre 2021, l’ensemble des aéroports dont VINCI assure la gestion n’a accueilli que 10 millions de passagers. Ceci correspond à une baisse de 82,4 %, en comparaison à son chiffre du premier trimestre 2019. Cette chute a notamment été renforcée par la diminution du trafic au mois de mars qui a reculé de 82,7 %.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro

Un trafic pénalisé par la crise sanitaire

Dans plusieurs régions européennes, la pandémie du coronavirus continue de sévir. Le trafic aérien en a été fortement impacté au premier trimestre et l’intensification de la crise de Covid-19 ne rend pas la tâche plus aisée. En effet, dans les pays comme le Royaume-Uni et le Portugal, les mesures de restriction ont été durcies dès janvier.

Ces nouvelles restrictions ont alourdi les conditions de vol dans ces régions, contrairement à d’autres. C’est le cas en France et en Serbie, où les mesures restrictives sont restées plus flexibles et ciblées.

D’après Vinci Airports, les activités avaient commencé par reprendre de l’espoir en Amérique du Sud cette année. Cependant, avec la recrudescence du coronavirus, une baisse du trafic a été enregistrée dans les régions du Brésil et du Chili depuis peu.

Dans le même temps, plusieurs autres pays constatent une régression de l’épidémie. En conséquence, les restrictions sont levées et le trafic progresse depuis mi-mars. C’est le cas des États-Unis d’Amérique ou du Japon.

 

Les mesures de riposte prises par Vinci Airports

Alors que la filiale française cherche des solutions pour sortir de la crise, Gatwick Funding Limited, une filiale à 50,01 % de Vinci Airports, a annoncé le placement d’une émission obligataire. Il s’agit d’une obligation de 300 millions qui est assortie d’un coupon de 2,5 % et dont l’échéance est fixée en 2032.

Par ailleurs, afin de redresser leurs activités, les différents aéroports du réseau ont mené un certain nombre d’actions. Parmi celles-ci, figure la mise en place des mesures sanitaires requises dans leurs espaces, conformément aux recommandations des autorités locales.

De plus, des projets innovants avaient vu le jour en 2020. C’est le cas de MONA à Lyon qui propose des voyages 100 % « sans contact » grâce à la biométrie. Pour rappel, Vinci Airports a été récompensé du prix ACI Best Airport Award à Lisbonne.

 

VINCI Airports refuse de s’incliner devant la pandémie

Alors que la crise du Covid-19 continue de sévir, la société française poursuit sereinement son développement. À Londres, une collaboration avec Wizz Air permettra à ce dernier d’ouvrir une nouvelle base à Gatwick en 2021. De même, EasyJet prévoit de renforcer la sienne avec un supplément de 4 avions. Ce qui portera son offre sur Gatwick à 107 destinations pour 28 pays.

Au Portugal, la compagnie EasyJet compte également ouvrir une base opérationnelle à Faro. Prévue pour l’été 2021, cette opération est une preuve de son assurance en ce qui concerne le potentiel du pays.

Du côté des États-Unis, l’accord de gestion des terminaux E et F (de l’aéroport d’Atlanta) a été renouvelé. De plus, son contrat d’exploitation de l’aéroport de Hollywood Burbank en Californie a été prolongé de 10 ans.

En somme, la crise sanitaire constitue une rude épreuve pour l’industrie aérienne. Toutefois, si certaines compagnies sont contraintes de fermer les portes, il y en a qui restent résilientes.