Veolia et Suez : un accord qui profite aux deux parties

  •   Le 19/04/2021 à 10h55
  •   DEHOUI Lionel

Le feuilleton aurait duré plusieurs mois entre les deux sociétés Veolia et Suez. Depuis le mois de janvier, Suez insistait pour acquérir des actions de Veolia alors que celle-ci s’était farouchement opposée à une quelconque opération de cession. Fait étonnant, les deux entreprises se sont finalement entendues autour d’un accord impressionnant dont voici l’essentiel.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
Veolia et Suez : un accord qui profite aux deux parties
Droit image : ©Robson309/123RF.COM

Veolia et Suez s’entendent finalement

Il suffit d’observer le mouvement des deux titres en Bourse pour comprendre qu’un évènement décisif a eu lieu dans leur histoire. En effet, les titres Veolia et Suez se sont récemment envolés de 8,99 % (soit à 24,60 euros) et de 8,03 % (soit à 19,92 euros). Ce mouvement est enregistré dès la publication d’un point d’entente entre les deux groupes.

Aux termes d’environ 8 mois de bataille acharnée, les deux concurrents dans le domaine de l’eau et des déchets fument le calumet de la paix. À voir de près, les clauses de l’accord répondent aux ambitions des deux protagonistes.

 

Le montant du nouvel accord

À en croire les deux groupes, cette entente qui intervient neuf jours avant le délai accordé sera très utile. Cet accord servira pour la mise en place d’un « nouveau Suez » à partir d’actifs regroupés en un ensemble pérenne et cohérent sur le plan social et industriel. Il sera muni d’un réel potentiel de croissance avec plus de 7 milliards d’euros comme chiffre d’affaires comparativement à 17 milliards d’euros en 2020.

Ce montant représente le juste milieu des propositions venant des deux parties. Rappelons au passage qu’en octobre dernier Veolia a procédé au rachat de 29,9 % du capital de son concurrent auprès d’Engie. Depuis lors, Veolia est en position de force et finit par déposer l’OPA de 11,2 milliards d’euros au mois de février 2021. Veolia visait ainsi les 70,1 % du capital de Suez qu’il ne détenait pas encore afin d’atteindre 100 %.

 

Propositions responsables de mésentente

Pour pallier à une rude concurrence, Veolia envisageait céder les activités de Suez sur le territoire français au fonds tricolore Meridiam. Ce qui fait au total 5 milliards d’euros environ de chiffre d’affaires. Une proposition rejetée par Suez qui avait contesté et proposé que Veolia cède la totalité de ses activités « eau » et « recyclage et valorisation » en France à l’issue de l’OPA. Aussi, Suez proposait que l’ensemble des activités internationales « eau et technologie » soient incluses dans cette session.

Ces différentes activités devant être cédées à l’équipe formée par le fonds Global Infrastructure Partners (GIP) des États-Unis et le fonds Ardian de la France. Le chiffre d’affaires des activités dont il est question fait au total 9,1 milliards d’euros. Par la suite, Veolia a jugé ce périmètre cédé trop élevé et trouvait qu’il dépouillait sa proie d’une bonne partie de sa substance.

 

Avantage pour Veolia

Toutes ces attaques et contre-attaques sont désormais du passé. Le présent accord permet à Veolia de déployer son projet de constitution du champion mondial en transformation écologique. Plus de 37 milliards d’euros de chiffre d’affaires sont concernés via une OPA d’environ 13 milliards d’euros de Suez.

C’est donc un succès pour Veolia puisque l’ensemble de ses actifs stratégiques identifiés sont pris en compte. D’ici le 14 mai prochain, ils procèderont à la signature d’accords définitifs de rapprochement.