Thales fait partie du consortium pour le système spatial européen

  •   Le 23/12/2020 à 15h09
  •   HARMANT Adeline

C’est ce mercredi 23 décembre que la Commission Européenne a sélectionné un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, d’un opérateur de télécommunication et du fournisseur européen de services de lancement dans le but d’étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen indépendant de communications. Le but du consortium et son organisation : Le but de cette étude sera d’évaluer la faisabilité de ce nouveau projet qui vise à renforcer la souveraineté européenne digitale et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises et institutions. Ce système spatial a également pour objectif d’assurer la couverture mondiale des zones rurales et des zones blanches. Après sa validation, ce projet s’inscrira dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo et va exploiter pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numériques et spatiales. Cette étude de faisabilité demandera un budget de 7.1 millions d’euros sur moins d’un an. Le système repose sur le programme européen GOVSATCOM qui est consacré à la mutualisation des services satellites et va garantir un haut niveau de résilience, de fiabilité et de sécurité qui ne l’est pas pour le moment sur le marché. Il va également bénéficier de l’initiative EuroQCI qui booste l’innovation dans le domaine de la technologie de cryptographie quantique.  

--- Publicité ---
Tradez l'action Thales !
71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Thales fait partie du consortium pour le système spatial européen

Les objectifs de la phase d’étude attribuée par la commission européenne :

Cette première phase d’étude attribuée aujourd’hui par la Commission Européenne va permettre plus spécifiquement de définir les besoins des utilisateurs mais aussi la mission réelle du système, la conception architecturale préliminaire et le concept de prestation de services ainsi que les estimations de budget afférentes. Le programme de partenariat public-privé PPP va être envisagé et évalué durant cette même phase.

Ainsi, cette étude va analyser la manière dont le système spatial peut améliorer les infrastructures critiques, actuelles et futures dont les réseaux terrestres et se connecter à ces infrastructures pour renforcer les capacités de l’Union en matière d’accès au cloud et fournir des services numériques de façon indépendante et sécurisée afin de gagner la confiance en l’économie numérique et assurer une autonomie stratégique et résilience de l’Union Européenne.

Enfin, le système va exploiter et renforcer le rôle des satellites dans l’écosystème 5G et va évaluer les opportunités d’interopérabilité en tenant compte de l’évolution futures vers la 6G.

 

Une large expertise pour ce projet :

L’infrastructure indépendante dont nous parlons va aussi bénéficier de l’expertise d’un large éventail de secteurs dont celui du transport routier, du transport maritime, du trafic et du contrôle aérien ainsi que du développement des véhicules autonomes et autres applications liées à l’IoT.

Son but est ainsi de renforcer la sécurité dans la transmission et le stockage de l’information et des données dans le but de répondre aux besoins de divers utilisateurs comme les agences gouvernementales, les sociétés financières et bancaires, les réseaux scientifiques, les infrastructures critiques et les centres de données.

Avec Thales, les autres membres de ce consortium sont Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio.