Rejet du projet de fusion Société Générale et Crédit du Nord par les syndicats

  •   Le 28/04/2021 à 08h19
  •   HARMANT Adeline

Les organisations syndicales ont rejeté le rapprochement entre la Société Générale et le réseau Crédit du Nord suite au rapport d’un expert indépendant indiquant que le projet est porteur de risques d’exécution très élevés.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
Rejet du projet de fusion Société Générale et Crédit du Nord par les syndicats
Droit image : Mohamed Yahya - Flickr

Une critique qui fait grand bruit :

La critique qui émane du rapport publié par l’expert Secafi, mandaté par le CSE du Crédit du Nord dans le but d’étudier le rapprochement des deux banques inquiète en effet les syndicats. Rappelons que ce plan prévoit notamment la disparition de 600 agences soit 30% du parc d’ici 2025.

L’objectif pour la Société Générale qui encaisse des résultats en baisse depuis plusieurs années et de doper la rentabilité des activités de détails après avoir mis en place plusieurs chantiers de réduction des coûts et du risque de sa banque d’investissement. Le groupe espère ainsi réaliser 450 millions d’euros d’économies d’ici 2025. Or, l’expert indique que les raisons financières avancées pour justifier cette fusion-absorption sont difficiles à valider à ce stade à cause de la non-communication de certaines informations commerciales, financières et sociales.

Secafi, dans son rapport, alerte sur les risques de l’opération avec un projet de transformation totale percutant toutes les fonctions et recouvrant des chantiers très lourds qu’il faudra mener de manière concomitante et rapide ce qui augmente les risques d’exécution, notamment en ce qui concerne le chantier informatique.

 

Des impacts sur les emplois :

Les syndicats expliquent aussi que ce plan menace 5 000 emplois sur l’ensemble du réseau avec des départs naturels jusqu’à 1 500 par an. Mais cette réorganisation implique également d’importantes mobilités fonctionnelles et d’évolutions métiers avec moins de conseillers pour les particuliers et moins de directeurs d’agence et une réduction des fonctions de siège et de back-office.

Quant au réseau bancaire, l’objectif est de réduire à 1 500 agences les 2 100 agences actuelles avant 2025 soit une diminution équivalente à la taille du réseau Crédit du Nord au regard de la très grande proximité des deux réseaux.

 

Existe-t-il une alternative à ce projet ?

Le rapport conclut en proposant une alternative à ce projet et propose, au lieu de fondre le modèle du Crédit du Nord dans un ensemble beaucoup plus vaste pour reconstituer un modèle similaire, de garder l’original en se focalisant sur les forces de chacun des réseaux pour développer les revenus. Les syndicats se sont ralliés à cet avis et demandent à la direction d’étudier cette possibilité.

Une motion a été déposée mi-avril par les CSE des différentes filiales du groupe afin de demander au groupe d’étudier la possibilité d’un scénario alternatif reprenant les conclusions de ce rapport.

Bien qu’ayant été contacté par le journal La Tribune à propos de cette annonce et de la réaction du Crédit du Nord, le groupe Société Générale n’a pas souhaité réagir à la publication de ce rapport alors qu’il s’apprête à publier ses résultats du premier trimestre 2021.