Stellantis : Alliance dans le cockpit connecté avec le Taïwanais Foxconn

  •   Le 02/06/2021 à 15h20
  •   DEHOUI Lionel

Aux dernières nouvelles, les entreprises Stellantis et Foxconn avaient travaillé en commun pour créer une JV « Mobile Drive ». Le partenariat entre les deux est moins large que prévu. Mais il s’agit bien d’un “must“ dans le secteur technologique décisif pour les prochains jours de Stellantis-Tavares. Voici toute l’actualité à ce propos.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ceci est une annonce pour trader les CFD avec eToro
Stellantis : Alliance dans le cockpit connecté avec le Taïwanais Foxconn
Droit image : JHVEPhoto - stock.adobe.com

Création d’une co-entreprise à 50-50

La société Stellantis est le résultat de la fusion entre plusieurs géants constructeurs automobiles tels que Fiat Chrysler et PSA. Elle entre en partenariat avec son homologue taïwanais et donne naissance à la co-entreprise Mobile Drive. Celle-ci est conçue pour solutionner les difficultés rencontrées dans le développement des véhicules connectés en matière de technologies numériques. Le protocole d’accord conclu entre les deux sociétés pour cette création à 50-50 est non contraignant.

Le siège de la JV est situé aux Pays-Bas et se chargera du développement des services d’information et de divertissement (infotainment). Il s’occupera également des services ayant rapport à l’informatique dématérialisée (Cloud) et à la télématique.

Cette collaboration a été un pas déterminant dans l’ensemble du plan stratégique que le nouveau groupe compte exécuter dans les prochaines années. La publication de ce dernier aura lieu en fin d’année 2021 ou début 2022. Autrement dit, cette alliance est un pur “must“ de l’orientation future des activités de Stellantis.

 

Un partenariat plus restreint que prévu

Il est vrai que la coopération entre les deux sociétés est décisive. Mais elle est également moins large que prévu en raison du projet de co-entreprise entre la maison-mère de Foxconn (Hon Hai Precision Industry) et Fiat Chrysler.

L’annonce de ce projet a été faite l’année écoulée alors que Fiat Chrysler fait intégralement partie de Stellantis. La mission de cette co-entreprise était d’assurer la construction des véhicules électriques et le développement des voitures connectées par le biais d’internet en Chine. C’est dans un tel contexte qu’intervient le nouveau partenariat avec le Taïwanais sans répondre aux interrogations liées à la politique de rebond de Stellantis en Asie.

La “Mobile Drive“ travaillera en associant la capacité de développement mondial de Foxconn à l’expertise internationale de conception et d’ingénierie automobiles de Stellantis.

Rappelle : L’entreprise taïwanaise Foxconn est reconnue pour ses progrès constants dans le domaine en matière de logiciels et de matériel destinés aux smartphones. Elle garde aussi le même cap dans le développement de l’électronique grand public.

 

Un partenariat pour un résultat meilleur et rapide

Depuis un moment, les constructeurs automobiles ont fait du cockpit des véhicules une prérogative exclusive. Mais l’objectif étant de proposer des environnements plus modernes en matière d’infotainment, un effectif croissant de ces groupes préfère collaborer avec des entreprises technologiques. C’est dans cette optique que Renault procèdera à l’inauguration d’un cockpit développé avec Google sur sa nouvelle Mégane.

Il est en effet difficile aux constructeurs automobiles d’investir considérablement dans la technologie embarquée alors qu’ils sont déjà engagés dans l’électrification. La décision de créer la JV à 50-50 avec Foxconn s’explique par le besoin d’accéder le plus rapidement possible à la meilleure expertise disponible.

Cette JV sera officiellement le fournisseur de systèmes de logiciels ainsi que de hardware associé. Stellantis bénéficiera de cette fonction en même temps que d’autres constructeurs automobiles désireux. Les logiciels mis en place prendront en compte des applications de communication 5G, d’intelligence artificielle, d’e-commerce et de services mis à jour à distance.