Spie : Le résultat du premier semestre ajusté positif

  •   Le 30/07/2020 à 13h43
  •   DEHOUI Lionel

Le géant groupe Spie a annoncé que les mesures de confinement issues de la pandémie du nouveau coronavirus ont influencé son activité du deuxième trimestre. D’ailleurs, le constat est amer vu que le bilan de ce trimestre a révélé particulièrement une baisse de la production de 17,1 %, avec -24,9 % en avril.

Trader l'action SPIE !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Spie : Le résultat du premier semestre ajusté positif

Les résultats du premier semestre de la société Spie ?

La société Spie a totalisé 38,8 millions d’euros au premier semestre 2020, contre 81,5 millions l’année passée, soit l’équivalent de 52,4 % de baisse.

D’autres entreprises associées à celle-ci ont également été affectées par la situation de la crise sanitaire. En effet, la production du spécialiste dans les domaines du génie électrique au cours du premier semestre 2020 a enregistré un recul organique de 9 % à 3,022 milliards d’euros.

De là, l’Ebita s’adosse sur une marge de 170 points, attestant un recul de base à 3,1 %. En fait, le résultat de l’Ebita a été ramené à 40,3 % pour le compte du premier semestre.

 

Léger rebond de Spie après le confinement

Spie a indiqué que son activité s’améliore davantage après le confinement. En effet, comparativement au résultat présenté au premier semestre, l’activité de la société semble se rapprocher de la normale. En plus, l’entreprise inverse l’hypothèse de détérioration de la crise sanitaire en prétendant qu’en l’absence des dégâts affreux de cette crise, le redressement rapide de son activité remarquée depuis juin le rassure.

Elle pense aussi qu’au cours du second semestre, la production et ses marges peuvent s’équilibrer. Cette relève va permettre à l’entreprise de générer un chiffre d’affaires impressionnant pour le compte de l’année 2020.

Pour expliquer la situation encaissée par l’entreprise au cours des derniers mois de cette année, son président-directeur général, Gauthier Louette a donné son avis. Selon lui, depuis l’avènement brutal de la crise sanitaire, les résultats du premier semestre reflètent leur résistance aux challenges, à travers l’introduction d’une stratégie disciplinaire dans l’ensemble de l’organisation, en passant par une bonne répartition géographique des activités.

Il ajoute que cela leur a permis d’avoir de meilleurs retours des clients. Cette avancée de la société s’apprécie de par la rigueur de gestion à tous les niveaux de l’entreprise.

 

Du côté des biens d’équipements

Selon l’étude annuelle de marché du Symop (qui est le syndicat professionnel du secteur de l’automobile et de la mécanique), les achats des machines-outils ont connu en France une baisse légère en 2018. Cette baisse fait suite à quatre années de fortes croissances de l’aéronautique. En effet, les résultats ont atteint 1,632 milliards d’euros, affichant ainsi une baisse de 0,6 % par rapport à 2017.

Face à ce ralentissement, les producteurs français sont parvenus à s’imposer devant leurs voisins européens, notamment les Allemands et les Italiens. Cette imposition sur les marchés de niche est une force de caractère qui leur a profité. En 2018, 739 millions d’euros de machines ont été produits, soit un chiffre qui représente 3 % de la production européenne. De plus, les commandes ont progressé de + 0,9 %.