Les SICAV en ligne

Les SICAV sont un des produits d’investissement boursier proposés par les banques en ligne et les courtiers spécialisés. Il s’agit, comme leur nom l’indique, de Sociétés d’Investissement à Capital Variable. Ces produits présentent de nombreux avantages que nous allons vous expliquer ici. Vous découvrirez également dans cet article les différents types de SICAV, les frais appliqués par les banques en ligne et quelques conseils pour choisir votre intermédiaire.  

Les SICAV en ligne
Note: 3.90 10 votes

 

Fonctionnement des SICAV et différents produits :

Les SICAV sont des produits d’investissement relatifs aux OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières). Leur principe revient donc à placer votre argent en commun avec d’autres investisseurs. Ce sont donc les sociétés d’investissement qui réalisent les placements à votre place.

On distingue cependant plusieurs types de SICAV :

 

Les SICAV en actions

Comme leur nom l’indique, elles sont composées uniquement de titres de sociétés cotées en bourse, française ou étrangères.

 

Les SICAV en obligations

Ici, elles sont uniquement composées d’obligations à taux fixe ou à taux variable et sont plus sécurisées.

 

Les SICAV diversifié

Ce sont sans doute les meilleures sociétés d’investissement car elles regroupent des actifs divers soit des obligations et des actions.

 

Les SICAV à court terme et de trésorerie

Ces SICAV permettent aux souscripteurs de retirer leurs fonds facilement et rapidement et comprennent donc des actifs qui préservent le capital soit parmi les moins spéculatifs.

 

Imposition des SICAV et avantages fiscaux :

Comme pour tous les produits de placement, les bénéfices des SICAV sont soumis à l’impôt sur le revenu, mais présentent certains avantages en matière de fiscalité. Cette fiscalité varie cependant en fonction des titres détenus :

 

Actions françaises

Les bénéfices des actions françaises sont imposés par les prélèvements sociaux de 13.5%, puis sur l’impôt sur le revenu, après un abattement de l’ordre de 40% plus un abattement de 1 525€ par personne.  Il est également possible d’opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire au taux de 34.5% mais qui ne bénéficie pas d’abattement.

 

Obligations françaises

Là encore, il est possible de choisir entre l’imposition sur le revenu mais sans abattement avec les prélèvements sociaux de 13.5% ou le prélèvement forfaitaire obligatoire au taux de 37.5%.

 

Actions et obligations étrangères

Aucun abattement n’est proposé ici non plus, mais vous avez toujours le choix entre deux solutions, à savoir, l’imposition sur le revenu et les prélèvements sociaux de 13.5% ou le crédit d’impôt en fonction des conventions fiscales internationales.

 

Bien choisir ses SICAV et sa banque en ligne :

Avant de choisir la banque en ligne par laquelle vous effectuerez vos investissements, il faudra choisir le type de SICAV sur lequel vous allez spéculer. Ce choix doit être réalisé en tenant compte de plusieurs critères, à savoir :

  • Les avantages fiscaux
  • La sécurité de placement
  • Vos objectifs en termes de rendement

L’expérience et les connaissances de votre gestionnaire sont également à prendre en compte. Pensez donc à vérifier les performances des années précédentes. Il convient également de tenir compte des frais de courtage qui diffèrent d’une banque à l’autre. Voici un résumé des frais pratiqués par les banques en ligne :

  • Fortunéo : de 0 à 20€
  • BforBank : de 3 à 13€
  • Cortal Consors : 4.45€ pour les transactions inférieures à 1 200€
  • La Net Agence : de 7.30 à 16€
  • Boursorama Banque : de 1.99 à 16.65€
  • ING : 0.30% du montant de l’ordre
  • E-LCL : de 8 à 14€
  • AXA Banque : 9€ + 0.30 à 0.50% du montant de l’ordre
  • Monabanq : 0.40% du montant de l’ordre

 

Comment les SICAV sont-ils considérés d’un point de vue juridique et dans quel but sont-ils utilisés ?

Revenons ensemble sur la manière dont les SICAV sont considérés d’un point de vue juridique. Les SICAV sont considérées comme des fonds coordonnés, ce qui signifie que ces fonds sont soumis à certaines règles spécifiques d’investissement qui sont harmonisées et qui les autorise à être commercialisées dans l’espace économique européen.

Comme nous l’avons expliqué plus haut brièvement, il est possible pour une SICAV d’assurer la gestion de son portefeuille de manière autonome ou, au contraire, de confier cette gestion de portefeuille à un organisme spécialisé. Cet organisme doit cependant bien entendu détenir un agrément de la part de l’AMF ou Autorité des Marchés Financiers pour prendre en charge cette gestion. En ce qui concerne le capital d’une SICAV, il varie bien entendu d’un produit à un autre et notamment en fonction des souscriptions et des ventes de titres boursiers.

Il existe une différence notamment entre les SICAV et les FCP avec lesquels elles sont souvent comparées et qui réside dans le fait que les SICAV octroient un statut d’actionnaire à ses investisseurs qui ont ainsi la possibilité de voter pendant les assemblées générales.

Toujours d’un point de vue juridique, les SICAV doivent obligatoirement présenter certaines caractéristiques comme présenter une surface financière minimale de 8 millions d’euros. Notons également que la plupart des SICAV que vous trouverez sur le marché sont des émanations d’investisseurs institutionnels comme les banques, les caisses de dépôt et de consignation, les compagnies d’assurance ou encore les caisses de retraite. Un autre aspect de la réglementation des SICAV concerne la détention de parts du capital des sociétés. En effet, une SICAV ne peut en aucun cas détenir plus de 10% du capital d’une entreprise et ne peut pas non plus investir plus de 10% de ses actifs dans le capital d’une seule et même entité. Cette spécificité sert bien entendu à limiter les risques en cas de forte récession de cette société. L’ensemble de ces règles doit être appliqué à la lettre par toutes les SICAV et l’AMF est en charge de vérifier qu’elles sont respectées.

Quant au prix des actions qui composent un SICAV, il peut être très variable et va de quelques dizaine d’euros  quelques milliers d’euros. Ce prix est calculé à partir du prix de marché du portefeuille d’action divisé par le nombre de titres émis. Il s’agit d’une valeur dite « liquidative » qui est calculée de manière régulière et publiée également fréquemment et le plus souvent chaque semaine.

 

Comment fonctionne la gestion spécialisée des SICAV :

L’une des spécificité d’un SICAV est qu’il permet de spéculer sur les marchés financiers en bénéficiant de l’expérience et du savoir-faire d’un gérant en indiquant les perspectives de rendement que l’on souhaite ainsi que l’horizon d’investissement qui est recommandé pour chaque catégorie de produits.

Il est important de noter ici que les SICAV sont le plus souvent couplés à un indice de référence comme l’indice français CAC 40 par exemple, ce qui permet de mieux évaluer leur performance sur le marché.

Rappelons en effet que les SICAV sont toujours investies sur trois types de marchés principaux à savoir le marché des actions, le marché des obligations et le marché des changes. Bien entendu, le niveau de risque de chacun de ces marchés varie plus ou moins fortement. Ainsi, le marché des actions présente un niveau de risque élevé et nécessite une durée de conservation plutôt longue et au minimum de 5 ans. Le marché des obligations présente un niveau de risque moyen qui permet une durée de conservation moins importante soit moins de 3 années. Enfin, le marché des changes présente un risque faible ce qui permet d’effectuer une rotation rapide des actifs avec des durées allant d’une journée à quelques semaines.

Les différentes SICAV varient également selon la volatilité ou le niveau de rendement. Les SICAV en  actions sont sans doute parmi celles qui présentent le niveau de rendement le plus fort mais pour lesquels la volatilité est très forte. Les SICAV obligataires présentent un rendement un  peu moins élevé mais néanmoins plus régulier  avec les coupons grâce notamment à un niveau de risque moins grand. Les SICAV monétaires offrent un rendement peu important et sont donc généralement utilisées dans le but de gérer des fonds sur le court terme. Il existe également des SICAV diversifiées qui utilisent différentes gammes d’actifs avec des degrés de risque qui varient principalement selon la part d’actions et d’obligations détenues dans le portefeuille. Enfin, les SICAV à capital garanti, comme leur nom l’indique, ne mettent pas en péril le capital de départ de l’investisseur qui peut être récupéré mais après un certain délai de détention seulement comme 10 ans par exemple et offrent également une performance déduite par un calcul mathématique se basant par exemple sur l’évolution d’un panier d’actions.

 

Comment choisir la bonne SICAV pour vos investissements ?

Bien entendu, les SICAV restent des produits à risque et il convient de bien réfléchir au choix du produit sur lequel vous allez investir. Voici quelques conseils qui vous aideront à prendre la bonne décision.

Tout d’abord, vérifiez bien que le type d’actif, le niveau de risque et la durée de placement minimum qui sont indiqués pour la SICAV qui vous intéressent correspondent à ce que vous attendez. Pensez également à vérifier les performances de la SICAV dans le temps en utilisant une banque de données en ligne.

Le niveau des frais demandés auront aussi leur importance. On vérifiera ainsi notamment les frais d’entrée de 0 à 5% qui sont négociables et le plus souvent nuls pour les SICAV souscrits en ligne, les frais de gestion qui sont directement déduits de la performance de la SICAV et les commissions de surperformance qui peuvent être versées au gérant si l’objectif fixé au départ est dépassé. Vous trouverez le détail de ces frais dans le document d’information clé ou DICI fournit lors de la souscription. Vous devez également tenir compte de la fiscalité.

 

Quelle est la différence entre une SICAV et un FCP ?

Si vous hésitez encore à souscrire une SICAV pour vos investissements financiers, et que vous avez également entendu parler des FCP, voici quelques explications supplémentaires qui vous permettront de faire votre choix entre ces deux produits. Tout d’abord, rappelons que les SICAV comme les FCP font partie des OPCVM tout comme les Sociétés de gestion. Il s’agit donc à chaque fois de fonds d’investissement caractérisés par la détention d’un portefeuille de valeurs mobilières géré par des professionnels.

Comme nous venons de vous l’expliquer dans cet article, les SICAV sont des sociétés anonymes qui émettent des actions eu fur et à mesure que les demandes de souscription sont effectuées. Ici, l’investisseur qui achète une part de SICAV devient donc actionnaire ce qui signifie qu’il détient une voie lors des assemblées générales et peut même se porter candidat pour le conseil d’administration.

Les FCP quant à eux sont des fonds communs de placement et sont régis par un régime de copropriété des valeurs mobilières. Le FCP émet ainsi des parts qui sont achetées ou vendues par les investisseurs appelés ici porteurs de parts mais qui n’ont pas, contrairement aux SICAV, de droits en tant qu’actionnaire. Les FCP sont gérés par une société de gestion appelée SGP qui exerce cette activité au nom des porteurs de parts et qui a pour rôle principal de défendre les intérêts exclusifs de ces derniers.

En définitive, les FCP et les SICAV se ressemblent beaucoup mais ont aussi leurs différences et vous devez donc bien réfléchir avant de vous orienter vers l’un ou l’autre de ces produits de placement. Bien entendu, rien ne vous empêche de réalise plusieurs investissements afin de profiter des avantages de l’un et l’autre de ces produits d’investissement en répartissant votre capital.

Où et comment investir sur les SICAV ?

Les SICAV sont des produits d’investissement boursiers proposés par les banques classiques mais également par les banques en ligne qui pratiquent des frais de courtage inférieurs et son donc plus intéressantes. Vous pouvez ouvrir votre compte en ligne dès maintenant et accéder aux meilleurs SICAV du marché.

Ouvrir un compte maintenant !