Les entreprises du secteur aérien connaissent leurs pires heures

  •   Le 16/03/2020 à 15h46
  •   HARMANT Adeline

Selon la banque JPMorgan Chase, il semblerait que les entreprises du secteur aérien soient sur le point de connaitre la pire crise de leur histoire. Nous vous proposons d’en apprendre un peu plus à propos de cette nouvelle qui va sans doute encore peser sur le cours de ces valeurs déjà dans le rouge.

75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les entreprises du secteur aérien connaissent leurs pires heures
Droit image : Michel Curi - Flickr

JPMorgan Chase annonce une crise majeure de ce secteur d’activité :

C’est dans le cadre d’une note publiée ce lundi matin par la banque JPMorgan Chase que l’on apprend que, d’après ces analystes spécialistes des marchés, le secteur aérien dans son ensemble pourrait être très prochainement confronté à la pire crise de son histoire. La note cible plus précisément certains acteurs européens de ce secteur comme le groupe Safran mais épargne tout de même relativement certaines autres entreprises dont le français Airbus.

Ainsi et toujours selon ce communiqué, JPMorgan Chase penche pour une récession mondiale avec un choc d’offre et de demande mais aussi un resserrement du crédit. Il mise ainsi et avec de la chance sur un simple ralentissement du trafic aérien de l’ordre de 12% sur les 12 prochains mois. Rappelons pour mieux comprendre qu’à la suite des attentats du 11 septembre 2001, le recul de ce même secteur n’avait été que de 10%.

JPMorgan Chase évoque cependant la possibilité d’un repli encore plus important avec une chute de l’ordre de 16 à 20% en fonction de la durée réelle de l’épidémie de coronavirus comme le précisent les analystes.

 

Le détail des recommandations de JPMorgan Chase selon les entreprises :

Si on s’intéresse de plus près aux valeurs étudiées par les analystes de JPMorgan, on notera surtout que le groupe Safran a vu sa note dégradée à neutre contre surpondérée, notamment à cause de l’impact probable et sur le plus long terme de l’épidémie de Covid-19 mais aussi de l’immobilisation du 737 MAX.

En ce qui concerne l’entreprise britannique Rolls-Royce, la recommandation reste à sous-pondérer.

Le groupe français Airbus continue également de bénéficier de la recommandation sur-pondérer tout en réduisant pourtant l’objectif de cours de cette valeur à 96 euros contre 156 euros auparavant. Rappelons par ailleurs que cet avionneur français doit actuellement affronter des défis importants mais que la baisse des commandes peut être limitées à cause des déboires du 737 MAX. Le cours de l’action Airbus a chuté ce matin à 64.27 euros soit une baisse de 13.53% alors que celle du groupe Safran a reculé de près de 12.03% à 74.14 euros.

La note publiée par JPMorgan Chase concerne principalement les avionneurs et les équipementiers mais concerne également dans une moindre mesure les compagnies aériennes dont le groupe français Air-France KLM dont la capitalisation a tendance à s’amoindrir de jour en jour. Le titre a ainsi perdu pas moins de 16.75% avec une cotation à 4 euros.

D’une manière générale, les compagnies aériennes doivent, selon JPMorgan Chase, se préparer à des pertes cette année malgré le fait que ce secteur ait été bénéficiaire durant 10 ans.