Reprise des discussions sur le Brexit

  •   Le 08/12/2020 à 10h43
  •   DEHOUI Lionel

Les discussions se poursuivent entre les négociateurs européens et britanniques sur la question de l’après-Brexit. Alors que la fin de la période de transition se rapproche à grands pas, les négociations, quant à elles, n’avancent toujours pas.

Reprise des discussions sur le Brexit

L’incertitude grimpe au sujet de l’issue des discussions

Depuis le début des discussions entre Londres et l’UE, les deux parties sont restées divergentes au sujet de trois points importants. Cependant, les négociations ont encore repris ce dimanche. Mais une source européenne pense qu’il n’y a « absolument aucune chance » pour qu’un accord soit trouvé de si tôt.

Par ailleurs, The Guardian a précisé qu’il a eu de grands progrès sur les discussions portant sur la pêche. Par contre, il ajoute que la question liée au respect des dispositions règlementaires européennes par le Royaume-Uni n’avance pas. Cette information est d’ailleurs confirmée par un responsable britannique. Ce dernier a déclaré qu’il n’y a vraiment pas eu de progrès sur ce point.

À ce sujet, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, ont fait une annonce commune. En effet, ceux-ci ont estimé que les équipes chargées des négociations doivent faire davantage d’effort afin de trouver d’éventuelles solutions pour surmonter les divergences existantes entre les deux parties. 

 

Le Royaume-Uni se dit prêt à assumer une absence d’accord

À travers leur communiqué commun, Boris Johnson et Ursula von der Leyen ont déclaré qu’il n’est pas possible de parvenir à un accord, si les trois points clé qui ont bloqué jusque-là les discussions ne sont pas solutionnés. Il faut souligner que ledit communiqué a été diffusé après une heure de discussion téléphonique entre les deux autorités. D’ailleurs, ils ont promis de se rappeler ce lundi soir pour poursuivre les échanges.

D’après le Times, la majorité des ministres de Boris Johnson sont prêts à apporter leur soutien à celui-ci, s’il estime qu’il n’est pas dans l’intérêt de la Grande-Bretagne de signer un accord. Aussi, le quotidien indique que 13 ministres ont expressément déclaré leur soutien au Premier ministre. Parmi ceux-ci, 8 sont contre le Brexit.

Par ailleurs, Georges Eustice, ministre de l’Agriculture du Royaume-Uni, a notifié lors d’une interview sur Sky News que Londres était bien préparé pour gérer l’absence d’un accord. Au cours de cet entretien, il a également déclaré qu’ils vont poursuivre les négociations « jusqu’à ce que cela ne serve plus à rien ».

 

La France menace d’opposer son veto

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, est un personnage clé dans les discussions sur le Brexit ces dernières années. Selon lui, le gouvernement britannique n’est pas crédible lorsqu’il prétend être en mesure d’assumer une absence d’accord. Interrogé par le journal irlandais Sunday Independant, il a déclaré qu’il y a beaucoup plus de chances de parvenir à un accord que l’inverse.

Pour rappel, les discussions avaient été suspendues le vendredi dernier par les négociateurs des deux parties. Après une semaine de négociation sans issue, ceux-ci ont demandé à leurs dirigeants respectifs d’essayer de trouver un terrain d’entente.

De son côté, la Grande-Bretagne a déclaré que les discussions étaient trop difficiles, mais qu’elle est engagée à rétablir sa souveraineté. Quant à la France, elle menace de faire usage de son veto, si les négociations aboutissent à un accord qui n’est pas dans ses intérêts.

En outre, selon des sources européennes et britanniques, la difficulté actuelle rencontrée dans les négociations est due aux demandes françaises relatives aux droits de pêche dans les eaux du Royaume-Uni.