Airbus dévoile son plan de réorganisation

  •   Le 23/04/2021 à 10h32
  •   HARMANT Adeline

Le groupe Airbus vient d’annoncer qu’il allait réintégrer Stelia Aerospace dans le but de créer une nouvelle société aérostructure et gagner en compétitivité. Cette structure devrait employer 12 000 personnes et montre un potentiel de chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
Airbus dévoile son plan de réorganisation
Droit image : ©Sergey Kohl/123RF.COM

Une décision prise à la suite des effets de la pandémie :

C’est en février que le groupe a insisté sur le fait qu’il fallait simplifier son schéma industriel du côté des aérostructures, un an après le début de la première vague de Covid-19 et d’une crise sans précédent ayant fait chuter de 40% le trafic aérien et donc de 30% son activité.

L’idée est de faire face aux nouveaux enjeux en termes de baisse de cadence et d’avion de demain avec des activités qui resteront au cœur du métier d’Airbus, on retrouvera toujours les éléments de fuselage, de voilure et les pointes d’avion.

C’est cette semaine que la réorganisation interne importante du groupe a été dévoilée par le patron d’Airbus Opérations SAS et le président de Stelia Aerospace. Il s’agit avant tout d’un retour de cette dernière au sein du groupe avec une nouvelle entité dont le nom n’est pas encore décidé.

La filiale aérostructure du groupe qui s’est depuis sa création fortement développée et travaille notamment pour Dassault, Boeing, Embraer ou Bombardier, va ainsi redevenir une partie intégrante du groupe et se verra adjoindre les sites Airbus de Nantes et de Saint-Nazaire dans une nouvelle société à naître en janvier 2022 qui sera placée sous la direction d’Airbus Opérations SAS.

Cette société représentera un chiffre d’affaires pré-covid de 5 milliards d’euros et 12 000 emplois dont 9 000 en France. Cette réorganisation se fera sans suppression de postes et à statut maintenu pour les salariés comme le précise la direction dans un communiqué.

 

Airbus entend préparer efficacement son avenir :

Alors que le secteur de l’aéronautique vient sans doute de traverser sa plus grave crise de l’histoire, les enjeux de cette réorganisation du groupe Airbus sont relativement simples. Il s’agit de préparer le futur. On sait en effet que le concurrent direct du groupe français soit le constructeur américain Boeing, va sans doute revenir en force notamment en ce qui concerne sa stratégie de prix, sans compter l’arrivée prochaine d’un nouveau concurrent chinois qui transformera le duopôle actuel en tripôle.

Toujours selon le communiqué transmis par Airbus, ce sont les notions d’efficacité, de simplicité et de financement de projets pour les avions de demain à hydrogène et décarbonés qui seront prédominantes alors que les assemblages d’aérostructures redeviendront les organes essentiels au sein du groupe.

En résumé et si l’aérostructure est le cœur de métier du groupe, sa place est dans le corps et pas à l’extérieur. D’autant que la période actuelle demande de jouer groupé avec des organisations plus fortes et plus solides et l’ambition de créer un leader des aérostructures à l’échelle mondiale.