Renault : suivre les pas de PSA en vue de son redressement

  •   Le 10/09/2020 à 13h02
  •   DEHOUI Lionel

Le nouveau directeur général de Renault, Luca de Meo, prévoit emprunter le même chemin que PSA afin de redresser le groupe au losange. Ce qu’il entend faire au cours des cinq années prochaines. C’est à travers un document interne consulté par Reuters que Luca de Meo a exprimé sa stratégie. Le nouveau DG n’exclut pas une possibilité de réduire ses coûts un peu plus que les prévisions. Dans ce document, Luca de Meo estime que son équipe se retrouve dans une situation difficile tout en parlant d’une bonne nouvelle malgré les difficultés. Il a affirmé dans ledit document que l’industrie du groupe offre toujours une chance à tous ceux qui font ce qu’il faut. Il souligne que parfois cela va plus vite que prévu tout en rappelant que le groupe PSA était presque en faillite pendant cinq ans.

--- Publicité ---
Trader l’action Renault !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Renault : suivre les pas de PSA en vue de son redressement
Droit image : Ivan Radic - Flickr

S’inspirer du redressement spectaculaire de PSA

En évoquant la situation de PSA, Luca de Meo a mis l’accent sur son état actuel en soulignant qu’il est devenu une référence aujourd’hui dans le secteur. Non seulement ça, l’entreprise PSA est aussi une référence en matière de rentabilité actuellement. Ce qui amène le directeur à affirmer qu’il va s’inspirer dans les cinq années prochaines du modèle de redressement de PSA sur les cinq dernières années.

Questionné sur ledit document, l’un des porte-paroles du constructeur automobile au losange a affirmé que le nouveau DG mène des transformations. En effet, le porte-parole déclare sans ambiguïté que le DG veut faire passer l’organisation d’une politique de volume à celle d’une politique de la valeur. Actuellement, il est en train d’élaborer le cadre du plan stratégique qu’il présentera en janvier 2021. Il désigne par « Renaulution » les transformations qu’il entend mener au sein du groupe.

 

Les causes des difficultés et la restructuration de Renault

Il est important de rappeler ici que Renault est ébranlé depuis 2018 en raison de la disgrâce de son mentor Carlos Ghosn et d’une dégradation de sa rentabilité. Le groupe a donc accusé une perte nette record de plus de 7 milliards d’euros au S1. Luca de Meo précise que les projections de trésorerie du constructeur sont alarmantes. Il ajoute qu’il est évident que la crise sanitaire actuelle impactera fortement ses résultats en 2020.

Il y a possibilité selon lui d’aller plus loin que l’objectif drastique de plus de 2 milliards d’euros d’économies (sur 3 années). Dès le mois de février ou mars 2021, Luca de Meo prévoit de mettre en place une nouvelle organisation constituée de 4 divisions. Ces dernières seront centrées sur trois marques de voitures fondamentales : Renault, Dacia et Alpine. Toutefois, elles se baseront aussi sur une quatrième marque dédiée aux nouvelles mobilités. Ça pourrait être Mobilize.

 

L’avenir de Renault avec Luca de Meo

Les projets de l’auteur de la « Renaulution » ont des ambitions qui vont au-delà de 2026. Il estime qu’en son temps, Renault pourrait réaliser 20 % à 30 % de son activité dans certains domaines. Ces derniers n’auront même rien à voir avec le secteur automobile traditionnel. Pour finir, le nouveau directeur général de Renault a usé de sa passion pour le football pour utiliser une métaphore de ce domaine.

En effet, il désire ramener Renault « en finale de la Ligue des champions » en un temps record allant de 7 à 8 ans. Il compte également sur l’alliance avec Mitsubishi et Nissan pour atteindre ses objectifs.