Renault s’exprime sur ses engagements à l’égard des Fonderies du Poitou

  •   Le 13/06/2020 à 10h56
  •   DEHOUI Lionel

Le géant constructeur automobile Renault n’a pas du tout manqué de tenir ses engagements vis-à-vis des Fonderies du Poitou, l’un de ses meilleurs fournisseurs d’acier et d’aluminium présentement en difficulté. Pour Jean-Dominique Senard, président du constructeur automobile français, Renault a tenu les engagements financiers à l’égard de son fournisseur, repris par le groupe britannique Liberty.

Trader l’action Renault !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Renault s’exprime sur ses engagements à l’égard des Fonderies du Poitou
Droit image : Ivan Radic - Flickr

Propos du patron de Renault sur les Fonderies du Poitou

D’après le président de la société française spécialisée dans l’automobile, les engagements qu’il avait à l’endroit des Fonderies du Poitou ont été respectés tout simplement. Cette déclaration a été faite pendant qu’une délégation des fondeurs était reçue par le dirigeant de Liberty.

Jean-Dominique Senard a affirmé qu’ils sont déjà à plus de huit millions versés, sur les 11 millions d’euros escomptés. Donc par ce geste, le patron du constructeur automobile estime qu’ils ont tenu leur engagement, insinuant que les huit millions ont permis de subventionner l’activité des entreprises de fonderie.

Toutefois, l’ancien président de Michelin ne s’est pas abstenu de commenter ce financement. D’après lui, l’activité que mènent ces fonderies peut porter des résultats prometteurs dans l’aluminium, mais doute d’une telle performance en ce qui concerne l’acier. Il pense qu’on peut poursuivre l’activité, mais affirme qu’il n’est pas sûr que ce soit la meilleure solution.

 

Cette prise de parole, un hasard ou une coïncidence ?

En réalité, Jean-Dominique Senard, connu pour prendre la parole très rarement s’est prononcé sur le dossier des Fonderies du Poitou, alors qu’une rencontre syndicale des fondeurs avait lieu. Une délégation composée de dix représentants du personnel était présente à la même date et au moment de la déclaration chez le patron milliardaire de Liberty. On peut compter parmi eux, des syndicats de la fonte (315 salariés), puis les syndicats de l’alu (285 salariés).

Selon des rumeurs, l’anglo-indien, et patron milliardaire de Liberty, Sanjeev Gupta, pourrait se décider à tout moment à rencontrer Jean-Dominique Senard. Une rencontre qui allait avoir lieu après celle avec les représentants des Fonderies Liberty, à Bercy.

 

L’avis de la CGT sur les propos du président de Renault

L’un des dix membres de la délégation qui était présente avec Sanjeev Gupta, Alain Delaveau, a confirmé la réception du financement. Il affirme que Renault a effectivement tenu ses engagements financiers à leur égard. Cependant, il déplore que les 8 millions ne soient pas utilisés par Liberty pour soutenir l’activité. L’argent aurait plutôt été utilisé pour payer les salaires des employés.

Au lieu d’injecter la subvention dans la diversification comme il était prévu, la somme aurait servi à garantir les salaires des travailleurs pour les trois prochains mois au moins. Pendant ce temps, la survie de l’activité de fonderie ne présente aucune certitude.

Lors d’un communiqué de presse, le propriétaire de la fonderie du Poitou, ALVANCE, a fait connaître sa position sur le sujet. Il a évoqué la nécessité de former un groupe de travail, pour trouver un moyen de reconversion très rapide. Ce groupe se chargera d’étudier les possibilités d’une reconversion de la société dès le prochain trimestre.