REMY COINTREAU : croissance de 33,1 % des ventes de cognac au troisième trimestre

  •   Le 25/01/2021 à 08h44
  •   DEHOUI Lionel

Malgré la crise sanitaire qui perturbe les activités économiques dans le monde, la société française des vins et spiritueux Rémy Cointreau s’en sort bien au troisième trimestre de son exercice 2020/21. En effet, le groupe a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires sur cette période. Cette performance est notamment portée par le rebond de ses ventes de cognac.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
REMY COINTREAU : croissance de 33,1 % des ventes de cognac au troisième trimestre

Bilan de Rémy Cointreau au troisième trimestre de l’exercice 2020/21

Rémy Cointreau a fait état d’un rebond de son chiffre d’affaires au troisième trimestre de son exercice 2020/21, clos fin mars. Le montant du CA du groupe est estimé à 350 millions d’euros, en hausse de 20,6 %. En organique, cette croissance atteint un taux de 25,1 %. Cette performance réalisée par la société est aidée par la bonne reprise de ses activités au cours de cette période.

En effet, le numéro deux français des vins et spiritueux a enregistré un rattrapage des ventes de cognac aux États-Unis. Aussi, le groupe charentais note une accélération de la reprise en Chine continentale. Il faut souligner que le cognac constitue la principale activité et la plus rentable de Rémy Cointreau.

Le cognac a généré un chiffre d’affaires de 267 millions d’euros entre début octobre et fin décembre. Ce qui correspond à un bond de 33,1 % en organique. Par ailleurs, la meilleure performance de l’entreprise française au troisième trimestre est également portée par les bonnes ventes réalisées au niveau de la division Liqueurs & Spiritueux.

Celle-ci a enregistré une croissance de 6,2 % en organique, propulsée par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni. Toutefois, de façon générale, il faut noter une perturbation des ventes due à leur exposition notable au « canal on-trade » (notamment en Europe).

 

Rémy Cointreau confirme ses objectifs annuels 2020/21

La crise sanitaire actuelle (liée à la pandémie du coronavirus) n’a pas épargné les activités du groupe charentais l’année dernière. Sur neuf mois, son chiffre d’affaires est de 780,9 millions d’euros. Celui-ci fait état d’un repli de 4,1 %, qui atteint 1,6 % en organique. Or, au premier trimestre, le CA de l’entreprise avait connu une chute de 33,2 %. En revanche, sa baisse était de 4 % au deuxième trimestre.

Aujourd’hui, le monde se retrouve dans un contexte économique et géopolitique incertain, menacé par la pandémie du coronavirus. Cependant, Rémy Cointreau reste confiant sur sa capacité à rebondir de cette crise. Ainsi, la société confirme avec grande confiance ses objectifs annuels 2020/21, au terme des neuf premiers mois.

En effet, l’entreprise s’attend à une croissance organique soutenue de ses ventes au quatrième trimestre, mais moins forte qu’au troisième. Ceci témoigne de la volonté de la société d’assurer une maîtrise de ses stocks stratégiques. Aussi, Rémy Cointreau confirme le maintien de sa prévision d’une croissance organique positive de son résultat opérationnel courant 2020/21.

 

Les acteurs du secteur agroalimentaire en difficultés face à la crise sanitaire

Le secteur de l’agroalimentaire a été sérieusement secoué par la crise sanitaire. Ce qui a occasionné une chute dans les ventes. Aujourd’hui, les entreprises qui exercent dans ce secteur sollicitent des aides pouvant leur permettre de valoriser les stocks des invendus. Ceci, à travers notamment un crédit d’impôt et un plan de relance spécifique.

Par ailleurs, la situation sanitaire a contraint certains groupes à remettre en question leur stratégie. C’est notamment le cas du géant Danone. En effet, pour la première fois depuis 2011, l’entreprise a fait recours à la mise en place d’un plan de restructuration devant lui permettre de réaliser un milliard d’euros d’économies.

Aussi, ce plan vise une rationalisation du portefeuille de produits ainsi que la suppression de 2 000 postes.