Prix Nobel de la Paix : Le PAM redoute une « pandémie de la faim » plus grave que celle du Covid

  •   Le 13/12/2020 à 16h26
  •   DEHOUI Lionel

Le Programme alimentaire mondial a reçu le prix Nobel de la paix ce jeudi. La cérémonie a eu lieu à distance, en raison des restrictions liées à la crise sanitaire. À cet effet, l’organisation a exprimé son inquiétude par rapport à une pandémie de la faim, « plus grave » que l’actuelle pandémie du Covid-19.

Prix Nobel de la Paix : Le PAM redoute une « pandémie de la faim » plus grave que celle du Covid
Droit image : Shinya Suzuki - Flickr

Une cérémonie pas comme les autres

L’Américain David Beasley, chef du PAM a prévenu ce jeudi qu’une pandémie de la faim s’annonce dans le monde. Ceci, en raison des événements liés aux changements climatiques, aux différentes guerres, à l’usage de la faim par les militaires et les politiques comme arme, ainsi qu’à la crise sanitaire actuelle dont les conséquences sont plus catastrophiques.

En effet, les prix Nobel de la Paix sont habituellement remis chaque 10 décembre, à Oslo. Pour les autres disciplines, ces prix sont décernés à Stockholm. Il s’agit notamment de l’économie, la chimie, la physique, la médecine et la littérature. Cependant, l’épidémie du coronavirus a empêché l’évènement de se dérouler comme d’habitude.

Ainsi, il n’y a pas eu de grandes cérémonies cette année ni de banquets en robe de gala ou en smoking, encore moins la présence de têtes couronnées. En revanche, les organisateurs se sont contentés de faire des hommages modestes, exclusivement en ligne.

 

Des centaines de millions de personnes au bord de la famine

À l’occasion de cette cérémonie, le diplôme Nobel et la médaille d’or ont été exceptionnellement envoyés par valise diplomatique. Après avoir reçu le diplôme Nobel de la Paix du PAM, M. Beasley a déclaré que cette distinction qui a été décernée est plus qu’un prix.

Pour lui, « c’est un appel à l’action ». Il a également prévenu qu’une rude épreuve était aux portes de la planète (celle de la famine), avant d’ajouter que la nourriture reste le potentiel chemin vers la paix.

Pour rappel, au cours des semaines écoulées, le PAM s’est inquiété des risques de faim dans certains pays. Il s’agit du Yémen, du nord-est du Nigeria, du Soudan du Sud et du Burkina Faso. Alors que la malnutrition sévit déjà dans ces pays, l’organisation craint que la famine atteigne de nouveaux records à cause de la crise sanitaire et de la pénurie de fonds.

 

Le PAM en difficulté

Le Programme alimentaire mondial est la plus gigantesque association humanitaire de lutte contre la faim. L’organisation a été créée en 1961. Elle a nourri environ 97 millions de ventres affamés l’année dernière au plan mondial.

Cependant, après cent ans de grands progrès dans la lutte contre l’extrême pauvreté, M. Beasley estime que 270 millions de personnes sont aujourd’hui exposées à la famine. Aussi, il ajoute que la planète regorge à l’heure actuelle près de 400 000 milliards de dollars de richesses. De plus, malgré la pandémie du coronavirus, 2 700 milliards de dollars de ressources supplémentaires ont été générés en 90 jours, a-t-il notifié.  

Le responsable du PAM termine sa déclaration en indiquant que l’organisation est en manque de ressources. Selon lui, celle-ci a juste besoin de 5 milliards de dollars pour sauver 30 millions de vies.