Point Marchés : la fluctuation des différentes valeurs en Europe et en Amérique

  •   Le 22/05/2020 à 21h47
  •   DEHOUI Lionel

Les nouvelles ne sont pas bonnes aux États-Unis. En effet, Wall Street est attendue en baisse. Les Américains ont enregistré le plus de morts dus à cette crise sanitaire que tout autre pays. Le taux de chômage y est vraiment très élevé aussi : c’est-à-dire de l’ordre de dizaines de millions.  Cela s’explique par le fait que plusieurs grosses entreprises ont dû réduire leurs effectifs afin de faire face aux conséquences du coronavirus. Toutefois, les indices new-yorkais à venir prédisent une ouverture en baisse d’environ 0,6 %.   Informations : En Europe, les Bourses quant à elles régressent aussi dans les marchés. La tension sino-américaine continue toujours d’impacter et d’inquiéter les finances mondiales. Tout le monde est donc méfiant face aux perspectives économiques sur le marché.

Point Marchés : la fluctuation des différentes valeurs en Europe et en Amérique

Les valeurs à suivre en Europe

Sur le Vieux Continent, les secteurs sont dans le rouge. Les indices Stoxx du pétrole et du gaz de l’automobile et des banques enregistrent des pertes entre 1,08 % et 1,84 %. Altice Europe, l’opérateur télécoms quant à lui régresse de 15,43 %. Il avait même déjà annoncé mercredi des résultats en dessous des prévisions pour le compte du premier trimestre.

Du côté du secteur aérien gravement touché par les impacts du coronavirus, Easyjet gagne 5,02 % après l’annonce d’une reprise partielle de ses vols à partir du 15 juin. Lufthansa quant à lui gagne 5,25 %. Jeudi, il annonçait être en discussion avec le gouvernement allemand par rapport au plan de sauvetage d’un montant approximatif de 9 milliards d’euros. Tout ceci comprenait également la prise de participation de l’État de 20 % dans la compagnie.

 

Les changes et le pétrole

Le dollar a connu trois séances de baisse qui l’ont conduit à un creux de deux semaines. Il est néanmoins stable face à un panier de devises internationales. L’euro quant à lui progresse tout doucement. Après un peu d’incertitude, il a finalement une valeur autour de 1,0984 dollars. En effet le mercredi, la barre était a 1,10, le plus haut depuis début mai. 

Dans le secteur pétrolier, la baisse des stocks bruts américains et la réduction de l’offre par l’OPEP conduisent encore les prix à monter. En effet, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) progresse de 2,2 % à 34,24 dollars le baril. Le pic depuis début avril était au-dessus de 26 dollars. Le Brent de mer du Nord prend 2 % autour de 36,50 dollars après une hausse à 36,72 dollars.

Informations : L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 régresse de 0,74 %, l’Euro Stoxx 50 de la zone euro de 1,16 % et le Stoxx 600 de 0,69 %. Selon les enquêtes mensuelles d’IHS Markit, les conséquences de la crise sanitaire due au coronavirus ont eu des effets dévastateurs sur l’économie de la zone euro. Mais ces effets se sont quand même amenuisés en ce mois de mai. Ceci est dû au déconfinement amorcé dans les pays d’Europe et la réouverture de l’économie. Ces premiers résultats ont été établis auprès des directeurs d’achats du secteur privé.