Participation d’EDF à un projet nucléaire britannique

  •   Le 23/06/2020 à 14h23
  •   DEHOUI Lionel

Le comté de Cumbria pourrait abriter dans les jours à venir un nouveau projet de centrale nucléaire. La réalisation de ce dernier connaîtra la participation du géant français EDF (Électricité de France). Un grand soulagement pour le Royaume-Uni, après sa mésaventure avec le groupe Toshiba en 2018.

Tradez l'action EDF en ligne !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

La France au secours du Royaume-Uni

EDF est un groupe détenu à 83,7 % par l’État français. Il est le premier fournisseur d’électricité en Europe et le deuxième producteur d’électricité au plan mondial. Avec un chiffre d’affaires de 3,9 milliards d’euros en 2019, l’entreprise est la troisième compagnie de fourniture d’énergie électrique au monde.

Étant majoritairement administrée par l’État français, la participation d’Électricité de France au projet est comme un soutien de la France au Royaume-Uni. La réalisation de cette centrale nucléaire intervient dans une période où le pays était appelé à fermer ses vieilles centrales nucléaires.

La belle preuve, Crack Rebecca Weston, membre du Cumbria Local Enterprise Partnership, a déclaré : «Je suis vraiment ravie d’avoir maintenant deux grandes entreprises qui expriment un intérêt sérieux pour le développement de nouveaux sites nucléaires dans le Cumbria».

Cumbria Local Enterprise Partnership est l’institut qui se charge de mener à bon terme les partenariats publics privés dans la région.

 

Un soulagement pour le Royaume-Uni

EDF a décidé de rencontrer les autorités locales pour essayer de relancer l’industrie nucléaire de la région. Une initiative qui intervient après la décision du géant Toshiba, de liquider sa filiale NuGen. Alors que l’Angleterre était pleine d’espoir pour l’acquisition d’une nouvelle centrale nucléaire, cette liquidation a mis un terme au projet de construction de 3 réacteurs de type AP1000 dans la région de Sellafield.

Ainsi, la décision de liquider NuGen a été un coup dur pour la Grande-Bretagne. Le pays comptait sur la filiale pour bâtir une centrale nucléaire susceptible de fournir 7 % de l’électricité du pays. Cet arrêt du projet a mis la nation dans une posture inconfortable, d’autant plus qu’elle serait contrainte d’acheter d’autres sources d’approvisionnement en énergie.

Par son projet, EDF vient en renfort au bon moment. Le Royaume-Uni n’aura plus de soucis à se faire pour remplacer ses vieilles centrales à charbon ou nucléaires. Aussi, il peut désormais compter sur la nouvelle centrale pour satisfaire les besoins de sa population en électricité.

Cependant, la société française ne désire pas être le leader du projet, mais souhaite plutôt participer au consortium.

 

EDF et l’Angleterre : Des amis de longue date

EDF n’est pas à sa première réalisation au Royaume-Uni. Il est le maître d’œuvre pour la construction d’une centrale de type EPR à Hinkley, en collaboration avec le groupe chinois « China General Nuclear » (CGN). Ce chantier devrait être mis en service vers fin 2025.

La compagnie se charge également de la construction de deux réacteurs EPR à Sizewell. Le groupe a déposé une demande d’autorisation auprès des autorités britanniques pour la réalisation du projet. 

Cependant, la réalisation de ces différents projets pourrait connaître un retard. Eh oui,  à cause de la crise sanitaire actuelle.