Paris recule en dessous des 5.600 points (-0,33 %)

  •   Le 21/01/2021 à 08h07
  •   DEHOUI Lionel

À la vieille de l’investiture de Joe Biden, la Bourse de Paris a connu un léger recul. En effet, la secrétaire au Trésor choisie par Joe Biden a tenu un discours devant le Sénat américain ce 19 janvier. À cette occasion, le marché boursier de Paris a chuté de 0,33 %, repassant en dessous des 5.600 points.

Paris recule en dessous des 5.600 points (-0,33 %)

La cote parisienne instable avant l’investiture de Joe Biden

Après avoir encaissé une hausse de 0,10 % la veille, le CAC 40 a baissé de 18,6 points à 5.598,61 points. En effet, la cote parisienne (bourse parisienne) avait pris un bon départ dans la matinée du mardi. Elle a surtout profité du moral des investisseurs en Allemagne avant de virer dans le rouge quelques instants après.

À ce sujet, Frédéric Rozier (gestionnaire de portefeuille à Mirabaud France) observait que l’investiture du nouveau président des États-Unis ainsi que son discours peuvent donner lieu à une temporisation. Il a aussi ajouté que le marché traverse une période délicate. Celui-ci connaît une forte rotation sectorielle et les valeurs cycliques sont spécialement très convoitées. Ce qui pourrait donc expliquer l’instabilité observée ces derniers temps.

Pour rappel, le nouveau président élu aux États-Unis avait déjà présenté un plan d’urgence plus qu’ambitieux. Estimé à un peu moins de 2.000 milliards de dollars, celui-ci sera suivi et appuyé par un plan de relance économique. Ses modalités et contours seront précisés ultérieurement.

 

Une séance qui n’a pas été impactée par l’audition de Yellen

Le marché européen a terminé sa séance alors que Janet Yellen tenait encore son discours devant les sénateurs américains. Lors de son allocution, elle a indiqué qu’il serait judicieux d’imposer une taxe internationale aux géants du numérique. Pour elle, une telle imposition représente pour les États-Unis un moyen de trouver leur « part » auprès des entreprises.

Janet Yellen a aussi précisé qu’un important arsenal allait être déployé par les USA contre la Chine. Ceci, dans le but de lutter contre les agissements de Pékin qui sont jugés « illégaux » et « injustes ».

Par ailleurs, afin de faire face à la crise économique déclenchée par le coronavirus, la secrétaire au Trésor a fait une recommandation spéciale aux sénateurs. En effet, elle leur a demandé de mettre tout en œuvre pour remettre le pays sur les rails de la relance économique. Quant aux préoccupations sur le déficit public, elle leur a conseillé de les reporter à plus tard.

En outre, il convient de préciser que certains investisseurs s’attendent à ce que des mesures plus ambitieuses soient prises pour la relance, surtout en matière d’écologie.

 

À propos des valeurs européennes

La valeur vedette de cette séance du mardi reste sans doute Alstom. En fait, le groupe a publié un chiffre d’affaires en hausse de 2 % à périmètre et taux de change constants. Le constructeur ferroviaire a ainsi progressé de 6,04 % à 48,46 euros. Soit la plus forte progression du CAC 40.

Danone, de son côté, a grimpé de 2,67 % à 56,18 euros, propulsé par l’annonce d’un renforcement de la gouvernance de l’entreprise. Cependant, la bête noire de Paris a été le secteur du luxe. Alors qu’Hermès lâchait 2,84 % à 862,40 euros, Kering a chuté de 2,68 % à 547,90 euros. Pour sa part, LVMH a reculé de 1,72 % à 491,05 euros.