Rôles et membres de l’OPEP et de l’OPEP+

L’OPEP et l’OPEP+ sont deux organisations que vous devez absolument connaitre si vous souhaitez investir sur le pétrole. En effet, l’organisation des pays exportateurs de pétrole est une organisation qui joue un rôle très important dans l’évolution du prix de cette matière première far elle négocie avec les autorités pétrolières en ce qui concerne la production d’or noir, son prix et les futurs droits de concession. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir le rôle précis de l’OPEP et ses principaux pays membres ainsi que l’OPEP+ qui associe l’OPEP à d’autres producteurs d’or noir.  

--- Publicité ---
Trader sur le pétrole !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Rôles et membres de l’OPEP et de l’OPEP+

Quel est le rôle et le fonctionnement de l’OPEP ?

Le rôle principal de l’OPEP est bien entendu de réguler la production et le prix du pétrole en coordonnant les efforts réalisés par ses pays membres avec notamment la mise en place de quotas de production.

Ainsi, les membres de l’OPEP participent à des négociations et s’accordent sur la quantité de pétrole exporté, ce qui a une incidence directe sur le prix du baril. On sait donc que les décisions qui sont prises par l’OPEP ont une influence importante sur le cours du pétrole brut dans le monde.

Ainsi et lorsque le cours du pétrole chute, par exemple à cause d’une baisse importante de la demande ou de la hausse sensible des stocks, l’OPEP peut décider de réduire la production de barils par jour de ses membres, avec leur accord. Cette baisse de production va immédiatement entrainer un moins grand écart entre l’offre et la demande et permettre au prix du baril de pétrole brut de reprendre des points.

 

Qui sont les pays membres de l’OPEP ?

Actuellement, on compte 14 pays membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. En, voici la liste complète :

  • L’Algérie qui est un membre stratégiquement important de cette organisation et qui a été le premier pays à nationaliser sa production en 1971.
  • L’Angola qui est l’un des pays producteurs affichant la plus forte croissance depuis ces dix dernières années.
  • Le Gabon qui a précédemment quitté l’OPEP en 1996 avant de finalement y être de nouveau rattaché en 2016.
  • La Libye qui présente un très fort potentiel d’exploration et dont la place au sein de l’OPEP devrait donc progresser, notamment depuis la levée des sanctions occidentales et si les contestations politiques ne viennent pas s’y opposer.
  • Le Nigeria dont la production est également en hausse grâce à ses développements importants en offshore profond mais qui a tendance à dépasser régulièrement ses quotas de production. Son industrie pétrolière est encore peu nationalisée.
  • La Guinée Equatoriale qui est le troisième plus grand producteur de pétrole en Afrique et qui a intégré l’OPEP récemment soit en 2017.
  • La république du Congo qui a rejoint l’organisation des pays exportateurs de pétrole en 2018 pat solidarité et pour profiter des fonds de l’OPEP.
  • L’Equateur qui est initialement entrée à l’OPEP en 1973 puis l’a quitté en 1992. Il y est ensuite revenu malgré sa petite production comparativement aux autres membres de cette organisation.
  • Le Venezuela qui a tenu un rôle prépondérant au sein de l’OPEP en faisant de cette organisation une véritable arme politique. Ce pays est notamment détenteur de la plus importante réserve de pétrole brut au monde, avant l’Arabie Saoudite.
  • L’Arabie Saoudite qui est le plus ancien membre de l’OPEP et son chef historique. Ce pays détient les deuxièmes plus grandes réserves de pétrole au monde et est le plus grand producteur et exportateur actuel à l’international. Cependant, la stratégie de l’Arabie Saoudite repose avant tout sur ses réserves puisque ses gisements sont en train de s’épuiser.
  • Les Emirats arabes unis avec principalement Abou Dabi qui est un producteur important mais dont tous les gisements importants y sont déjà exploités depuis plus d’une trentaine d’années.
  • L’Irak qui n’est plus vraiment concerné par les quotas depuis les conflits qui l’ont touché récemment mais qui compte les réserves parmi les plus vastes de l’OPEP.
  • L’Iran qui est l’un des plus anciens membres de l’OPEP et qui fait part de sa détermination à se servir du pétrole comme d’une arme et un moyen de pression contre les Etats-Unis. Cependant, les gisements iraniens sont actuellement en déclin.
  • Le Koweït qui présente la particularité de réserves concentrées en grande partie dans un seul et même gisement. Celui-ci a atteint le pic de production et les réserves officielles sont largement contestées à cause des nombreux changements politiques qui y opèrent.

 

L’OPEP+ et ses membres :

Comme nous venons de le voir, plusieurs pays qui comptent parmi les plus grands producteurs de pétrole au monde ne sont pas inscrits en tant que membres de l’OPEP. Il s’agit notamment de la Russie, du Canada, du Soudan, du Mexique, du Royaume-Uni, de la Norvège, des Etats-Unis et d’Oman.

Cependant et pour palier à ce problème, l’OPEP s’est associé de manière plus officieuse avec certains pays producteurs de manière à créer une sorte d’alliance appelée OPEP+.

C’est en effet en 2016 que cette alliance de l’OPEP avec 10 autres pays producteurs de pétrole a été mise en place. Depuis, l’OPEP+ réunit les pays de l’OPEP que nous vous avons cités plus haut et les pays suivants :

  • La Russie
  • Le Mexique
  • Le Kazakhstan
  • Azerbaïdjan
  • Bahreïn
  • Brunei
  • La Malaisie
  • Oman
  • Le Soudan
  • Le Soudan du Sud

Bien entendu, les membres de l’OPEP+ ne sont pas ici tenus de respecter les décisions prises par l’OPEP en ce qui concerne les quotas de production notamment. Mais ils peuvent participer activement aux discussions de cette organisation et échanger avec leurs concurrents de manière plus directe selon les conditions du marché international. On constate cependant que l’ajout de l’OPEP+ à l’OPEP a permis, lors de crises importantes, de résoudre certains litiges et d’éviter un effondrement trop important des prix du baril sur le plan international.

Questions fréquemment posées

Quel est le plus gros producteur de pétrole au monde ?

Le pays qui produit actuellement le plus de pétrole au monde est les Etats-Unis avec une production de l’ordre de 571 millions de tonnes par an. Notons ici que les Etats-Unis représente aussi le pays qui consomme le plus de pétrole au monde. Cependant et si ce pays est le plus grand producteur de pétrole, ses réserves restent moins importantes que celles d’autres pays producteurs et notamment moins importantes que celles de l’Arabie Saoudite.

Quand l’OPEP et l’OPEP+ ont-elles été créées ?

L’OPEP ou Organisation des Pays Producteurs de Pétrole a été créée en 1930 à Bagdad dans le but d’adopter des politiques communes sur le marché pétrolier afin de garantir une certaine rentabilité des capitaux investis à ses membres. L’OPEP+ a quant à elle été créée en 1996 dans le but d’intégrer aux discussions de l’OPEP les autres grands pays qui produisent du pétrole afin d’harmoniser au maximum les décisions prises.

Quel est l’impact des réunions de l’OPEP sur le cours du pétrole ?

Les réunions organisées par l’OPEP et l’OPEP+ présentent un réel intérêt pour les investisseurs car, lors de ces réunions sont souvent décidés les volumes de production de pétrole. Or, cette production va directement avoir une influence sur le prix du pétrole brut car elle définit l’offre de pétrole mondiale. Il s’agit cependant de comparer cette offre à la demande pour anticiper la force et la volatilité de la tendance que va suivre le prix de l’or noir.

Investir sur les réunions de l’OPEP en ligne :

Maintenant que vous connaissez bien l’OPEP et l’OPEP+ et l’effet de leurs réunions et décisions sur le cours du pétrole, vous pouvez prendre position sur cette matière première en ligne grâce aux contrats CFD.

--- Publicité ---
Trader sur le pétrole !

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d'actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75% des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu'ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Le contenu en question est fourni uniquement à titre informatif et ne doit pas être considéré comme des conseils de placement. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs. L'historique de trading remonte à moins de 5 ans et risque de ne pas être suffisant pour servir de base à une décision d'investissement.

Les crypto-actifs sont des instruments volatils qui peuvent fluctuer considérablement dans un laps de temps très court et ne conviennent donc pas à tous les investisseurs. Autre que par l'intermédiaire de CFD, le trading de crypto-actifs n'est pas réglementé par aucun cadre réglementaire de l'UE et n'est donc supervisé.

eToro USA LLC n'offre pas de CFD et ne fait aucune déclaration et n'assume aucune responsabilité quant à l'exactitude ou l'exhaustivité du contenu de cette publication, qui a été préparée par notre partenaire en utilisant des informations non-spécifiques à une entité disponibles publiquement sur eToro.