Le cours du pétrole chute et touche un plus bas depuis 17 ans

  •   Le 30/03/2020 à 15h04
  •   HARMANT Adeline

A l’ouverture du marché, ce lundi 30 mars 2020, le prix du pétrole s’affiche au plus bas depuis 17 ans avec une baisse de 6.5% pour le baril de Brent de la mer du Nord qui s’affiche au cours de 23 dollars soit un prix qu’il n’avait plus touché depuis 2003. Revenons donc ensemble sur la situation avec davantage de détails.

Trader le pétrole !
62% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Le cours du pétrole chute et touche un plus bas depuis 17 ans
Droit image : ben klocek - Flickr

Le détail de la chute actuelle du baril de pétrole :

C’est avant tout sur les marchés asiatiques que le pétrole a chuté ce matin, dans le giron des autres marchés financiers et notamment après une aggravation, durant le week-end, de la crise sanitaire du coronavirus.

Le Brent chute ainsi de 6.3% et le WTI perd également 5.3% avec un cours à 20 dollars le baril. La cause principale de cette chute est bien entendu l’aggravation de la pandémie mondiale de Covid-19, notamment en ce qui concerne les Etats-Unis.

Sur à peine un mois, c’est donc 53% de perte que le baril de Brent a enregistré à cause d’une baisse très importante de la demande due à la paralysie de l’économie mondiale et de certains secteurs comme le transport aérien ou l’automobile. Cette situation a encore empiré lorsque Donald Trump a annoncé que le possible redémarrage de l’économie américaine à la mi-avril était plus qu’incertain.

En effet et même après le pic de l’épidémie de coronavirus, le Covid-19 n’aura pas disparu, ce qui devrait entrainer une longue attente avant que les usines et les échanges commerciaux ne puissent reprendre comme avant. Beaucoup d’entreprises vont également rencontrer des difficultés à se sortir de cette crise et certaines feront faillite malgré les plans d’aide massifs mis en œuvre par les gouvernements.

 

La guerre des prix des producteurs ajoute à la baisse du marché :

Autre facteur aggravant pour le baril d’or noir, la guerre qui se joue actuellement entre l’Arabie Saoudite, la Russie et les Etats-Unis concernant la production de pétrole. Rappelons que les pays de l’OPEP et les grands producteurs ont échoué, la semaine dernière, à trouver un accord sur les coupes supplémentaires de production. La Russie a ignoré les réductions proposées par l’OPEP ce qui a déclenché une guerre des prix avec l’Arabie Saoudite qui tente de reprendre le lead du marché en augmentant sa production.

Les stocks de pétrole sont donc aujourd’hui très importants et certains producteurs comme les USA sont prêt à payer pour débarrasser leurs stocks et ainsi éviter des coûts trop importants.

On note cependant que la Russie a laissé entendre, ce week-end, une reprise des négociations avec l’OPEP mais l’urgence est là. Dès le 1er avril, les restrictions sur les volumes de production d’or noir seront levées et le surplus mondial pourrait alors atteindre 10.6 millions de baril par jour au deuxième trimestre ce qui aggraverait encore la situation.