Nokia se fixe de nouveaux objectifs à moyen terme (d’ici 2023)

  •   Le 26/03/2021 à 04h52
  •   DEHOUI Lionel

Le secteur économique tend progressivement vers la fin du premier trimestre de l’exercice 2021. Chez Nokia, plusieurs évènements ont marqué cette période. D’ailleurs, après son Assemblée Générale annuelle du 8 avril prochain, il communiquera officiellement les résultats des trois premiers mois de l’exercice 2020. Mais avant cette annonce, Nokia se fixe de nouveaux objectifs à moyen terme.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro

Amélioration rapide de son activité à l’horizon 2023

Le géant finlandais dans le secteur des télécommunications a rendu publics ses nouveaux objectifs à l’horizon 2023. Il table en effet sur une croissance plus rapide que celle observée sur son marché. L’équipementier prévoit également une amélioration de ses marges. Nokia compte réaliser des marges opérationnelles comprises entre 10 % et 13 % en 2023. Pour rappel, au titre de l’exercice 2021, le groupe prévoit des marges entre 7 % et 10 %.

Puisque le consensus tablait respectivement sur 10,4 % et 8,5 % pour 2023 et 2021, ce nouvel objectif peut donc être considéré comme positif. Toutefois, il s’agit plutôt de prévisions assez prudentes en comparaison aux objectifs de son grand concurrent suédois Ericson. Aussi, le groupe finlandais compte se mettre résolument à pied d’œuvre afin que l’amélioration de son chiffre d’affaires soit plus rapide pour 2023.

 

Dividende et postes menacés de suppression

D’un autre côté, Nokia n’a annoncé aucune proposition de paiement de dividende dans l’immédiat. Il a tout de même rassuré ses actionnaires et a annoncé l’étude de la possibilité de distribution de dividende en fin d’année au titre de l’exercice 2021.

Il envisage également de supprimer un nombre important de postes en vue de réduire ses coûts. Cette opération touchera un total de 5000 à 10 000 postes. De plus, l’entreprise ne compte pas s’écarter de son objectif de réduire ses émissions de C02 de moitié d’ici 2030.

L’équipementier finlandais a finalisé par ailleurs la signature d’un accord de 5 ans en droite ligne avec ses objectifs.

 

La 5G (SA et NSA) aux États-Unis

D’un autre côté, Nokia a conclu un nouvel accord avec AT&T dans le but de déployer son réseau C-Band sur certaines terres américaines. Cet accord permettra à AT&T de mieux assurer la fourniture de services 5G de dernière génération. Il se dote ainsi d’une bonne combinaison de couverture et de potentialité.

En plus, la société AT&T s’offre par conséquent, une flexibilité concernant son déploiement 5G, car le portefeuille C-Band de l’équipementier finlandais Nokia est composé en conséquence. Il tient compte en effet, des implémentations basées sur le cloud, des produits Open RAN et la prise en charge des réseaux 5G. Lesquels peuvent être autonomes (SA) comme non autonomes (NSA).

 

Nokia équipe Singapour de la 5 G SA

De même, le groupe de télécommunications a été choisi pour le déploiement des réseaux 5G SA en Asie du Sud-Est et précisément à Singapour. Il s’agit du tout premier réseau 5G standalone RAN dans cette partie du monde.

Il faut noter que Nokia a remporté ce marché suite à l’appel d’offres lancé par Antina, la coentreprise créée par les opérateurs de réseaux mobiles StarHub et M1. Un accord qui profitera sans aucun doute aux clients d’Antina. En effet, ces derniers bénéficieront d’un réseau 5G SA ultra-rapide, de haute sécurité et surtout à faible latence. Ce contrat ainsi finalisé favorisera également de nouveaux cas d’utilisation dans plusieurs domaines (éducation, santé, divertissement, transport et jeu en nuage).