Natixis vend 29,9 % du capital de Coface à Arch Capital

  •   Le 26/02/2020 à 08h18
  •   DEHOUI Lionel

Classé parmi les 5 premiers et plus grands établissements bancaires, Natixis révèle au public l’accord de son capital à une valeur de 10,70 euros par actions. Le montant unitaire de ses actions est légèrement en baisse de 6 % par rapport au montant fixé il y a quelques jours en arrière par la Coface. D’un côté, la banque d’investissement du groupe BPCE bénéficiera de 12 % des actions de Coface vendu. Cette action de la banque favorisera un gain de 35 points de base à son ratio CET1 ce qui ne sera guère en faveur de Goodwill en 2020.

--- Publicité ---
Tradez l'action Natixis !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Natixis vend 29,9 % du capital de Coface à Arch Capital
Droit image : Jean-Pierre Dalbra

Nouvelle répartition aux actionnaires

Après maintes échanges et ventes de capital, Coface ne s’arrêtera pas de répartir l’entièreté du capital en surplus relativement à sa cible de CET1. Selon une des annonces de la banque, cette répartition se fait à travers les bénéfices ou dividendes communs, ou encore à travers d’autres modes d’exécution des répartitions.

Cette annonce est répandue alors que l’assureur Coface ayant pour mission d’assurer les structures contre les créances déclare avoir atteint ces buts financiers. Mais hélas, au conseil d’administration de Coface, Natixis ne pourra plus comparaître.

En remontant les faits il y a 5ans en arrière, Coface a été mis en bourse par la banque avec une cession de 60 % de ses actions. Malgré tout, un nouveau jour se lève pour cette structure et elle reçoit une nouvelle offre d’assureur-crédit de la part de la compagnie d’investissement Apollo Global Management. Rappelons également que malgré la position d’actionnaire principal que détient le groupe Arch capital, Coface demeure une société d’assureur-credit indépendante. Mieux, elle est fonctionnelle dans plus d’une cinquantaine de pays francophones et représente un personnage important dans la gestion industrielle en protégeant ces derniers des créances.

Le nouveau plan stratégique et la naissance des sociétés Zombies

Avec à son actif des centaines de milliards, Natixis envisage dans son nouveau plan stratégique des réformes qui s’étendent sur les deux années qui viennent. Ce plan stratégique est basé sur un retour sur leur capital personnel et un taux de répartitions des rendements d’environ 80 %. Ceci traduit un avantage inespéré dans un cadre plutôt douteux pour les actionnaires.

Pour rassurer ces derniers sur la faisabilité de ce plan stratégique, Xavier Durant, (Directeur Général du groupe) dit ceci : «l’accumulation de dettes privées et la poursuite de politiques non conventionnelles par de nombreuses banques centrales conduisent à la multiplication des sociétés zombies».

Selon lui, tant d’opportunités que de risques existent au sein de l’environnement avec une régression d’activité et une forte demande du marché qui pourrait favoriser l’élévation des coûts.

Cette cession d’une part du capital de Coface semble être une porte d’ouverture aux nouvelles opportunités pour cet assureur-crédit. C’était l’occasion pour la Coface de mettre en place un plan stratégique.

Natixis met en solde une partie du capital de son entité Coface soit 29,5 % des parts à l’assureur Arch Capital. La vente de ses actions a été officiellement conclue à un montant estimé à 480 000 000 d’euros.