Natixis recule après l’ouverture d’une enquête par la FCA

  •   Le 02/07/2020 à 09h32
  •   DEHOUI Lionel

Natixis régresse en affichant la plus forte baisse de l’indice SDF 120, passant de -4,78 % à 2,289 euros après une annonce du Financial Times. L’annonce stipulait que sa filiale H2O AM faisait l’objet d’une enquête de la part du gendarme financier britannique FCA. Cette enquête porte sur la revente par la filiale d’actions et d’obligations illiquides à Lars Windhorst.

--- Publicité ---
Tradez l'action Natixis !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Natixis recule après l’ouverture d’une enquête par la FCA
Droit image : Jean-Pierre Dalbra

Les causes du recul de Natixis

Natixis est l’un des meilleurs gestionnaires d’actifs et de financements en France. Avec une approche pluridimensionnelle, elle offre une panoplie de stratégies d’investissement durable aux investisseurs internationaux. Sa priorité est de satisfaire les attentes de sa clientèle avec la collaboration de ses différentes filiales.

Comme la plupart des banques européennes, Natixis n’a pas manqué de subir les conséquences désastreuses de la crise sanitaire actuelle. La banque française s’est retrouvée au bas de l’échelle en affichant la plus forte baisse de l’indice SDF, allant de -4,78 % à 2,289 euros.

Cette baisse se justifie également par une information du Financial Times selon laquelle la FCA (gendarme britannique du secteur financier) mène une enquête sur H2O AM, sa filiale qui aurait vendu des actions et obligations illiquides au financier allemand controversé Lars Windhorst.

 

Enquête du gendarme financier britannique sur H2O AM

Les rapports entre Lars Windhorst et la filiale de Natixis faisaient déjà partie des sujets sur lesquels les investisseurs se posaient un certain nombre de questions en juin dernier.

Les investisseurs s’interrogeaient sur les pratiques inquiétantes de H2O AM, notamment en ce qui concerne la proportion d’actifs illiquides dans certains fonds d’actifs émis par des sociétés sous la tutelle de Lars Windhorst. Entre temps, l’enquête menée par FT Alphaville avait déjà fait chuter l’action de la banque française.

La réalité est que sur la base d’un accord conclue entre les deux parties, H2O AM a revendu à Lars Windhorst ses actifs difficiles vers fin avril. Ces actifs revendus étaient constitués principalement de fonds en obligations et en devises ayant perdu plus de 50 % de leurs valeurs normales. Une dévalorisation survenue en mars à cause des effets négatifs de l’épidémie de coronavirus sur les marchés financiers.

C’est sur cette base que la FCA a décidé d’ouvrir une enquête qui permettra de faire la lumière sur cette affaire.

 

Les banques européennes en difficultés

Étant soumises à une régulation particulière, voire stricte, les banques européennes se voient imposer des obligations de fonds propres et de liquidités. Alors que les banques américaines ne sont pas confrontées à un tel régime, ces dernières ont l’opportunité de dominer le créneau lucratif de la banque d’investissement.

De plus, la rentabilité des banques européennes est compromise en raison des taux d’intérêt bas ou parfois nuls qu’on leur impose. Pire, à cela, s’ajoute la concurrence de la fin tech et des Gafa. Pour assurer leur survie, les grands établissements rachètent des Fin Techs pour aller à l’encontre de cette menace technologique.

Alors que des solutions sont activement recherchées pour venir à bout de ces difficultés, la lutte contre Facebook et Google, ces deux géants qui offrent des données gratuites à leurs utilisateurs sur la base de l’exploitation des données de paiement s’avère très compliquée.