LVMH : pas en mesure d’acquérir TIFFANY

  •   Le 10/09/2020 à 11h06
  •   DEHOUI Lionel

Dans l’actualité boursière de ce mercredi, les investisseurs se sont particulièrement intéressés à la situation de Sanofi. En effet, le titre se rapproche du seuil des 88E. Mais ce n’est pas toute l’actualité de ce 09 septembre 2020. Il y a également le groupe DBV Technologies qui a rendu un peu plus claire la situation de son nouveau directeur financier. Mais à côté de lui se trouve l’exploit de Scor. Ce dernier surprend tout le monde en grimpant à la Bourse de Paris. Scor se retrouve dans cette situation tout juste après ses nouvelles prévisions financières. Par contre, une autre entreprise cotée à cette même Bourse de Paris fait l’objet d’une situation à polémique. Il s’agit du groupe de luxe LVMH qui prend une nouvelle direction dans l’opération de rachat du groupe américain Tiffany. Et c’est de ça qu’il sera question dans cet article.

--- Publicité ---
Trader l'action LVMH !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
LVMH : pas en mesure d’acquérir TIFFANY
Droit image : 663highland / CC BY-SA

Le rebondissement entre LVMH et Tiffany

Selon les affirmations venues du groupe français de luxe LVMH, il y a eu une succession d’évènements dans sa collaboration avec TIFFANY. Ces différents évènements sont de nature à fragiliser l’opération d’acquisition de la société des États-Unis appelée Tiffany & Co. C’est en effet au cours d’une réunion que le Conseil d’administration de la firme LVMH a étudié la situation d’investissement. Lequel a été projeté au regard de récents développements.

C’est ainsi que le Conseil de LVMH a pris connaissance d’une certaine lettre venant du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Ce dernier a en effet demandé au groupe français de luxe de différer l’acquisition de Tiffany jusqu’au-delà de la date du 6 janvier 2021. Le ministre s’est basé principalement sur la menace de taxes sur les produits français émise par les États-Unis d’Amérique. Mais ce n’est que le début des points de cette réunion.

 

Tiffany fait une demande

La prise de connaissance de la lettre du ministre a été accompagnée d’un autre point. Au fait, le Conseil du groupe français a aussi pris connaissance de la requête de l’américain Tiffany. Celui-ci a demandé de repousser le délai limite de réalisation de l’accord prévu pour la date du 24 novembre 2020. Il propose en effet de ramener ce délai au 31 décembre de la présente année 2020. À l’issue de cette réunion, le Conseil d’administration a pris une importante décision.

Pour prendre ladite décision, le Conseil a tenu compte des différents éléments et des premières analyses juridiques entreprises par les équipes de LVMH. Il a finalement décidé de s’en tenir uniquement aux termes de l’« Agreement and Plan of Merger ». Il s’agit là du contrat conclu au cours du mois de novembre 2019. Ce dernier prévoit la date limite de l’accord pour le closing de l’opération au plus tard le 24 novembre 2020.

 

L’État français s’exprime

En fin de compte, en considérant l’état actuel des choses, LVMH a aussi acté qu’il ne serait donc pas en mesure de réaliser l’opération d’acquisition de Tiffany & Co. Selon les déclarations du porte-parole du gouvernement français, celui-ci n’est « ni naïf ni passif » dans le contexte actuel des négociations commerciales internationales. Il souligne que la France a des objectifs qu’elle souhaite atteindre et qu’il y a des discussions en cours actuellement avec certains partenaires, même aux États-Unis.