LVMH finalise l’acquisition de Tiffany et profite pour changer la direction

  •   Le 08/01/2021 à 12h09
  •   DEHOUI Lionel

Lancé il y a plus d’un an, le projet de rachat de Tiffany par le groupe français LVMH s’est enfin concrétisé. La finalisation de l’acquisition a été faite ce jeudi. Elle s’accompagne de nouvelles nominations et de nombreux départs. Ainsi, une nouvelle équipe est désignée pour gérer la direction du joaillier américain.

--- Publicité ---
Trader l'action LVMH !
71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
LVMH finalise l’acquisition de Tiffany et profite pour changer la direction

Une opération bouclée après de nombreux rebondissements

Le projet de rachat de Tiffany était annoncé depuis novembre 2019. Le montant de l’opération était alors fixé à 16 milliards de dollars. Cependant, contre toute attente ce projet a capoté à la fin de l’été 2020, occasionnant un retrait de LVMH. En effet, dans le temps, le groupe français avait notamment reproché à la direction du joaillier américain une mauvaise gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus.

Cette situation avait même poussé Tiffany à saisir la justice. L’entreprise accusait le groupe français d’avoir renoncé à tenir ses engagements en versant le montant convenu pour la transaction. Cependant, il a fallu attendre fin octobre pour voir le psychodrame prendre fin. Ceci a été favorisé par l’acceptation du joaillier américain de la nouvelle offre proposée par LVMH. Elle est moins avantageuse que la première.

En effet, le spécialiste français du luxe a décidé de baisser son prix d’achat à 131,50 dollars par action contre 135 dollars prévus au départ. Par ailleurs, la crise sanitaire a perturbé les performances des deux groupes. Ainsi, Tiffany a enregistré une perte nette de 33 millions de dollars au premier semestre 2020.

De son côté, la division « joaillerie et horlogerie » de LVMH a perdu environ 17 millions de dollars. Toutefois, le groupe américain a déclaré mardi, dans une annonce, qu’il a réalisé des ventes records pendant la période des fêtes de fin d’année.

 

Les nouvelles nominations à la direction de Tiffany

En plus d’avoir finalisé le rachat de Tiffany, le groupe français a procédé à de nouvelles nominations au sein de la direction du joaillier américain. Ainsi, le poste de PDG de Tiffany revient désormais à Anthony Ledru. Ce dernier était jusqu’à présent directeur général adjoint en charge des activités commerciales mondiales de Louis Vuitton. Il vient donc succéder à Alessandro Bogliolo.

Alexandre Arnault quant à lui, devient directeur exécutif produits et communication de Tiffany. Il est en fait, le fils de Bernard Arnault, le PDG de LVMH. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de donner son avis sur ladite acquisition. En effet, il s’est exprimé dans le communiqué officiel de la finalisation de l’opération.

Dans son message, l’homme dit se réjouir d’accueillir le joaillier américain et sa talentueuse équipe au sein de son entreprise. Il a également complimenté Tiffany en le qualifiant de maison emblématique, une icône de l’Amérique. Toujours côté nomination, Michael Burke est appelé à occuper désormais le fauteuil de président non exécutif du conseil d’administration de Tiffany.

 

Les nouvelles nominations anticipent de nombreux départs

Outre les nouvelles nominations, le remaniement de la direction de Tiffany a également occasionné de nombreux départs. C’est le cas d’Alessandro Bogliolo, l’actuel directeur général de l’entreprise. Si celui-ci a accepté de continuer à travailler dans la société, c’est juste pour faciliter la période de transition qui s’étend jusqu’au 22 janvier 2021. Une fois cette période passée, il devra quitter le groupe.

D’autres départs sont également attendus. Ceux-ci concernent notamment Reed Krakoff et Daniella Vitale, respectivement directeur artistique et directrice générale adjointe produits et marketing à Tiffany. Ils vont quitter l’entreprise après une courte période de transition.