Lufthansa : la direction peine à s’entendre avec les syndicats

  •   Le 24/06/2020 à 17h27
  •   DEHOUI Lionel

Le secteur du transport aérien n’a pas été épargné par la crise générale provoquée par la pandémie du coronavirus. La compagnie aérienne Lufthansa, fortement impactée, compte instaurer un plan de sauvetage pour faire face aux aléas économiques causés par le Covid-19. Cependant, son désaccord avec les différents syndicats complique les prises de décisions depuis un bon moment.

Trader l’action Lufthansa !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Lufthansa : la direction peine à s’entendre avec les syndicats
Droit image : LV Aircraft Photography

Lufthansa opte pour une baisse des coûts du personnel

Cette grande société est la première compagnie aérienne privée de l’Allemagne, en matière d’effectif impressionnant de voyageurs. Secouée par la crise sanitaire, elle souhaite procéder à la réduction des coûts et des dépenses financières du personnel employé.

Pour ce faire, le groupe compte mettre en place un plan de sauvetage avec l’aide du gouvernement allemand. Ce plan dont la valeur est estimée à un montant de 9 milliards d’euros lui permettra de supporter les dégâts financiers afin de ne pas faire faillite.

Si le projet aboutit, la compagnie pourra rivaliser avec ses semblables qui se battent pour tenir le coup. Il s’agit notamment des compagnies aériennes telles que Ryanair, EasyJet et celles du Golfe.

 

Les causes défendues par les syndicats

Depuis le début de la crise, plusieurs mouvements de grève ont été observés au sein de la société. Ces mouvements sont menés par les différents syndicats, qui défendent des causes contraires aux ambitions actuelles de Lufthansa.

Les organisateurs de ces grèves sont : la centrale syndicale UFO des hôtesses et stewards, le syndicat Vereinigung Cockpit (représentant près de 5 400 pilotes de cette compagnie), et le grand syndicat Verdi du secteur des services.

Les différentes revendications menées par les protestants visent l’amélioration des salaires et des conditions de travail et de retraite des employés. Alors que la compagnie cherche à réduire ses dépenses financières, les grévistes demandent à la direction de prendre des dispositions pour permettre aux pilotes allant à la retraite à 55 ans de continuer de percevoir 60 % de leur salaire habituel. Ceci avant le versement de leur pension complète, qui ne vient qu’à l’âge de 65 ans.

Les revendications se justifient aussi par le fait que la mise en œuvre du plan de sauvetage entraînerait le licenciement d’une partie non négligeable du personnel employé.

 

Les négociations se poursuivent entre les deux parties

Souhaitant parvenir à un terrain d’entente avec ses syndicats avant la tenue de son assemblée générale extraordinaire, Lufthansa continue de mener des discussions conclusives.

Pour cela, la mise en œuvre du plan de sauvetage serait une problématique à aborder lors de l’assemblée générale extraordinaire du jeudi. Afin de prendre des décisions inclusives à cette assemblée, l’accord des syndicats sera d’un soutien important.

Pour le moment, la direction pense continuer les négociations avec deux syndicats jusqu’à la conclusion d’un accord. Il s’agit du syndicat des pilotes VC et de la centrale syndicale UFO.

Verdi, de son côté, a indiqué qu’il ne sera pas disponible avant le vendredi prochain pour les pourparlers. Il est alors évident qu’un accord avec lui est impossible avant la tenue de la prochaine assemblée générale extraordinaire.