LSE : maintien de l’attractivité de la Bourse de Londres grâce aux SPAC

  •   Le 31/01/2021 à 22h59
  •   DEHOUI Lionel

Après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne, Londres souhaite toujours maintenir le cap sur le marché boursier mondial. Dans ce cadre, LSE envisage d’utiliser les SPAC qui pourront favoriser le maintien de l’attractivité de la Bourse de Londres. Aussi, de nouveaux changements sont attendus sur le marché boursier londonien avec la revue en cours des règles de cotation en Grande-Bretagne.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
LSE : maintien de l’attractivité de la Bourse de Londres grâce aux SPAC

La Grande-Bretagne souhaite renforcer l’attrait de la Bourse de Londres

La Grande-Bretagne envisage de rendre plus attrayante la Bourse de Londres. Pour y arriver, elle compte sur l’utilisation des SPAC. C’est ce qui ressort de la récente déclaration faite par David Schwimmer, le directeur général de London Stock Exchange (LSE). Ainsi, le marché boursier de Londres pourra se transformer en un véritable centre financier mondial après le Brexit, dit-il.

Ce vendredi 29 janvier 2021, l’opérateur de la Bourse de Londres a finalisé l’acquisition de la société de données et d’analyse financières Refinitiv. Le montant de l’opération est évalué à 27 milliards de dollars (22,23 milliards d’euros). Après avoir conclu ce rachat, LSE devrait maintenant jouer un rôle capital dans l’important secteur des services financiers britanniques.

En effet, l’opérateur devrait déployer les moyens nécessaires pour favoriser le maintien de la compétitivité de la Bourse de Londres sur le marché boursier mondial après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. D’ailleurs, la City de Londres aura à faire face à la concurrence croissante d’Amsterdam où la majorité des échanges d’actions en euros a été transférée le 4 janvier.

 

Les marchés boursiers s’intéressent de plus en plus aux SPAC

L’utilisation des SPAC (Special Purpose Acquisition Companies) est devenue depuis quelque temps la tendance sur les marchés boursiers afin de maintenir leur attractivité. En réalité, un SPAC désigne une société qui ne dispose d’aucune activité opérationnelle et dont l’émission des titres en Bourse se fait pour une durée limitée. Ceci, dans le but de réaliser une ou plusieurs acquisitions dans un secteur particulier.

Par ailleurs, les SPAC ont clairement pris leur envol sur les marchés américains. Ils sont devenus les véhicules d’investissement les plus prisés à Wall Street, l’an dernier. En voir plus à Londres, relève d’une grande curiosité et d’un intérêt particulier, a estimé David Schwimmer. Aussi, la Bourse de Paris et celle de Stockholm manifestent de plus en plus leur intérêt pour les SPAC.

Ainsi, l’année dernière, l’entrepreneur des télécoms, Xavier Niel et le banquier Matthieu Pigasse, associés au distributeur Moez-Alexandre Zouari, ont procédé au lancement d’un deuxième SPAC en France. L’objectif de l’avènement de ce nouveau SPAC est de favoriser les acquisitions dans la production et la distribution de biens de consommation durables.

Pour rappel, Xavier Niel et Matthieu Pigasse étaient à l’origine du lancement du premier SPAC français en 2016 dans le secteur de l’audiovisuel, devenu depuis le groupe Mediawan.

 

Les règles de cotation sont en cours de révision en Grande-Bretagne

Le gouvernement britannique soutient le projet de révision (en cours) des règles de cotation en Grande-Bretagne. Il devrait résulter de cette revue une série de recommandations le mois prochain. Celles-ci devraient permettre à Londres de mieux concurrencer New York en attirant des sociétés technologiques.

Interrogé par Reuters sur le sujet, David Schwimmer a affirmé que le fait d’apporter certains changements va permettre d’avoir un régime de cotation plus attrayant, tout en maintenant des normes élevées de gouvernance d’entreprise. Aussi, il se dit confiant de voir Londres toujours maintenir son statut de capitale financière mondiale.