Loi martiale : Trump envisage tout pour invalider les élections

  •   Le 22/12/2020 à 06h03
  •   DEHOUI Lionel

Alors que l’investiture du nouveau président des États-Unis est prévue pour se tenir dans un mois, Donald Trump continue de chercher des voies et moyens pour invalider le choix des Américains. D’après plusieurs médias, le président sortant et sa garde rapprochée penseraient même à instaurer une loi martiale aux États-Unis.

Loi martiale : Trump envisage tout pour invalider les élections
Droit image : Matt Johnson - Flickr

Donald Trump dénonce un Fake News

Depuis décembre, les supporteurs les plus fervents de l’ancien président américain évoquent l’adoption d’une certaine loi martiale. Selon ladite loi, les pouvoirs exécutifs et judiciaires seront confiés à l’armée américaine. Les partisans de Trump souhaitent ainsi que ceci se réalise le temps d’organiser de nouvelles élections présidentielles.

Par ailleurs, il convient de noter que le gouvernement n’a pas fait usage de cette loi depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour l’instaurer, le président des États-Unis aura besoin de l’accord du Congrès, selon une étude du centre de réflexion juridique Brennan Center for Justice.

Cependant, le sénateur républicain Mitt Romney a déclaré sur la chaîne CNN que « cela n’arrivera pas ». Pour lui, « tout cela ne va nulle part », a-t-il déclaré ce dimanche. De son côté, Donald Trump a formellement démenti un tel projet en écrivant sur Twitter : « Loi martiale = Fake News ». Néanmoins, la plupart des élus locaux républicains l’ont encouragé à adopter ladite loi.

 

Toutes les voies de recours ne sont pas encore épuisées pour Trump

Depuis que le locataire de la Maison-Blanche a perdu les élections, il a pris plusieurs mesures pour invalider le scrutin. Malheureusement, lors de leur vote la semaine écoulée, les grands électeurs ont confirmé l’élection de Joe Biden. De plus, les procédures judiciaires initiées par les partisans de Trump pour dénoncer des actes de fraudes n’ont pas abouti.

Malgré tous ces échecs, l’ancien président américain refuse de lâcher prise. Sa porte-parole, Kayleigh McEnany a d’ailleurs, minimisé le vote des électeurs en déclarant que ce n’est qu’une formalité. Pour elle, il est encore possible de mener des actions en justice.

De son côté, Mitt Romney, un élu conservateur, a déclaré qu’au lieu de passer son temps à contester la victoire de Joe Biden, Trump peut mieux faire pour achever son mandat en beauté. Pour lui, l’arrivée du vaccin est une occasion pour le président sortant de « faire du dernier chapitre de son mandat une victoire ». Il ajoute aussi que tout ça, « c’est vraiment triste et embarrassant. »

 

Un débat qui n’a plus sa raison d’être, selon Biden

D’après les informations relayées par le New York Times, plusieurs conseillers du président américain se sont immédiatement opposés à l’idée d’instaurer une loi martiale.

Quant à Biden et son clan, ils refusent de se lancer dans une querelle qui n’a plus son sens. À cet effet, Jen Psaki (future responsable d’attachée de presse de la Maison-Blanche) a déclaré sur Fox News qu’ils ont mieux à faire, car il y a beaucoup plus de choses importantes qui se passent dans le pays.

Par ailleurs, John Bolton, qui a été un ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, n’a pas manqué de réagir également. Il dit que plusieurs personnes affirment que le candidat républicain devient pire au fur et à mesure que l’investiture approche. « C’est faux », déclare-t-il. Selon lui, il n’y a pas de changement et c’est toujours le même comportement de l’ancien président, qui ne cesse de se répéter.