Les actions restent insensibles aux engagements de la Fed et au plan Biden

  •   Le 24/01/2021 à 18h10
  •   DEHOUI Lionel

La semaine écoulée, deux responsables de la Federal Reserve ont fait une annonce concernant la relance de l’économie américaine. Dans la même période, le président de la Fed, Jerome Powell, a également tenu un discours sur le même sujet. Au vu de ses engagements, il est de plus en plus certain que la banque centrale américaine mettra tout en œuvre pour soutenir l’économie. Cependant, les investisseurs semblent toujours perplexes.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
Les actions restent insensibles aux engagements de la Fed et au plan Biden
Droit image : Rafael Saldana

Le plan de Biden ne semble pas rassurer les investisseurs

Parmi les nouvelles qui ont fait la une la semaine dernière, figure l’annonce d’un plan d’urgence de 1900 milliards de dollars par Joe Biden. Bien que ce montant soit largement supérieur aux attentes des investisseurs, les actions sont restées « confinées » toute la semaine. En réalité, celles-ci ont surtout été touchées par les inquiétudes des opérateurs sur le durcissement des mesures de confinement.

Ainsi, le Dow Jones a reculé de 0,91 %  sur la semaine. Le S&P a fait de même, affichant une baisse de 1,48 %. Quant au Nasdaq Composite, l’indice a terminé la semaine en abandonnant 1,54 %. Cependant, il est à noter que les petites valeurs se sont montrées beaucoup plus performantes que les grandes capitalisations. C’est l’exemple de Russell 2000, qui a clôturé la semaine avec une croissance de 1,51 %. D’ailleurs, depuis le début de l’année, l’écart des rendements n’est pas des moindres (+7,5 % comparé au S&P500).

 

Résultat hebdomadaire des différents secteurs sur les marchés actions

Suite au durcissement généralisé des mesures de confinement, les marchés actions ont pris un grand coup. Pendant ce temps, l’Asie affichait des chiffres un peu contrastés. Si le Nikkei a gagné 1,35 % grâce à la hausse des commandes de machines et outils, les autres indices asiatiques ont chuté. Le KOSPI a reculé de -2,1 % et le Shanghai Composite est pratiquement resté stable : -0,10 %.

En ce qui concerne les différents secteurs S&P, c’est celui de l’énergie qui joue la vedette avec une progression de 3,13 %. Ceci, grâce aux prix du pétrole qui se sont maintenus à des niveaux élevés (52,36 dollars le baril de WTI). Il sera suivi par quelques segments défensifs comme l’immobilier (+1,86 %), ainsi que les services d’utilité publique (+1,06 %).

En revanche, le domaine des services de communication a chuté de 3,56 % et celui de la tech de 2,62 %. De même, les biens de consommation de base et discrétionnaires ont respectivement chuté de 1,99 % et 1,88 %, enfonçant davantage le marché. 

Aussi, les GAFAM ont joué un grand rôle dans la correction des différents indices. Facebook a baissé de 6,06 % et Google-Alphabet a perdu 3,91 %. De son côté, Apple a lâché 3,72 %. Pour leur part, Microsoft et Amazon ont abandonné respectivement 3,17 % et 2,46 %.

 

Les différents chiffres affichés par les marchés obligataires

Au niveau des marchés obligataires, les rendements des emprunts d’État ont connu une légère baisse. L’US T-note 10 ans est descendu à 1,09 % et le Bund allemand 10 ans a lâché 0,54 % de son côté. 

En outre, la même situation a été observée au niveau des obligations d’entreprises qui ont connu quelques difficultés. La notation « investissement » a lâché 0,09 % en Europe et 0,16 % aux États-Unis. Celle de haut rendement a perdu 0,04 % en Europe, mais a progressé de 0,14 % aux États-Unis. Quant à la dette émergente en devises locales, elle a aussi reculé de 0,23 %.