L’anxiété revient en force sur les marchés

  •   Le 02/04/2020 à 12h02
  •   DEHOUI Lionel

Il faut noter en résumé que la Bourse de Paris a perdu 4,30%, celle de Londres 3,83%, 4,23% pour Francfort, 3,04% pour Madrid. Celle qui a enregistré la plus forte baisse est la bourse de Milan estimée à 2,97%. Les conséquences des inquiétudes ne sont pas observées en Europe, les États-Unis ont également succombé. Ce mercredi, alors qu’il sonnait 17H10 GMT à Wall Street, le Dow Jones Industrial Average qui est un indice vedette lâchait 1,84%. Pendant que l’indice élargi S&P 500 reculait de 4,32%, le Nasdaq qui est à forte coloration technologique cédait 3,89%. Ces chiffres ont été analysés par le responsable du courtage Europe continentale chez Oddo Securities (Michaël Jacoby) auprès de l’AFP : « nous n’avons aucune raison de repartir à la hausse durablement avant d’avoir des certitudes (…) quant à une sortie de ce confinement qui met un arrêt total à notre activité économique ».

--- Publicité ---
Trader le CAC 40 !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
L’anxiété revient en force sur les marchés
Droit image : AFP

Des micros-rebonds trompeurs

Selon lui, « nous sommes à une phase d’échanges boursiers avec des micros-rebonds », même si la « tendance générale reste totalement négative ». Il faut souligner tout de même que depuis les premiers cas de personnes confirmées positives au Covid-19 en Chine (décembre), le monde a enregistré plus de 865 000 cas de façon officielle dans les déclarations. L’Europe abrite plus de la moitié, l’Asie 110 000 cas et les États-Unis à 189 000 cas.

Les États-Unis sont donc sévèrement touchés par le Covid-19 en dépassant de loin le nombre de cas enregistré en Chine. Le Président américain Donald Trump n’a pas tardé à exhorter ses compatriotes à se préparer pour vivre des semaines « très douloureuses ». Des semaines qui pèseront fortement sur l’économie des entreprises et des ménages. Selon Tangi le Liboux, « les Bourses mondiales ont bouclé un trimestre noir, un des pires de l’Histoire ».

 

Tangi approfondit alors que le pétrole plonge

Le stratégiste du courtier Aurel BGC appelé Tangi Le Liboux va plus en profondeur dans ses analyses en disant que « le passage de témoin entre le premier trimestre et le deuxième s’annonce délicat après les propos sombres de Donald Trump sur la situation à attendre dans les deux prochaines semaines aux États-Unis ». Du côté du pétrole, il est noté une nette baisse malgré la légère hausse enregistrée mardi. Les valeurs sont plus expressives.

Les prix du baril de Brent à Londres avaient cédé 6,38% pour se retrouver à 24,67 dollars vers 17H00 GMT. Par ailleurs, le baril du brut de WTI reculait de 1,76% à New York et à 20,12 dollars. Un regard en direction du marché de la dette laisse voir que ce dernier a terminé la séance sans changement remarquable. Selon le Directeur Benjamin Melman, « les banques centrales ont repris le contrôle ».

 

Les analyses du Directeur

Monsieur Bejamin Malman est le Directeur des Gestions de : Edmond de Rothschild Asset Management. Il poursuit son analyse : « il est important de souligner qu’une grosse partie du marché obligataire est en train de revenir à la normale » tout en commençant par les emprunts d’État.

Pour en venir aux changes, l’euro perdait 1% face au dollar et valait 1,0921 dollars vers 17H00 GMT (dans la journée du mercredi).