Prêt garanti par l’Etat de 465 millions d’euros pour le groupe Lagardère

  •   Le 04/01/2021 à 09h32
  •   HARMANT Adeline

Après avoir vu son chiffre d’affaires fortement dégradé par la crise sanitaire en 2020 et sa gouvernance contestée, le groupe français Lagardère vient de bénéficier de l’octroi d’un prêt garanti par l’Etat d’un montant de 465 millions d’euros. C’est en tout cas ce qu’a dévoilé hier le Journal officiel du Dimanche.

71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Prêt garanti par l’Etat de 465 millions d’euros pour le groupe Lagardère
Droit image : Laurent Grassin - Flickr

Les détails de ce prêt et de ses garanties :

Dans le communiqué paru ce dimanche, on peut lire que « La garantie de l'État est accordée aux établissements BNP Paribas, Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Paris et d'Ile-de-France, Commerzbank, Aktiengesellschaft, Paris Branch, Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, Crédit Lyonnais, ING Bank N.V., French Branch, Natixis, Société Générale, UniCredit Bank AG, pour le prêt mentionné à l'article 2 du présent arrêté, consenti à la Société en commandite par actions Lagardère SCA. ».

Cette garantie de l’Etat couvre ainsi 80% du montant emprunté par Lagardère et qui lui a été octroyé le 18 décembre dernier. Rappelons en effet que les PGE ou prêts garantis par l’Etat ont pour but de faciliter l’obtention d’un prêt par une entreprise qui rencontre des difficultés de trésorerie. Si celle-ci ne rembourse pas ce prêt, c’est l’Etat français qui prendra en charge une partie du solde à hauteur de 80% du montant du prêt.

 

Un prêt nécessaire pour renflouer les pertes du groupe :

Rappelons que ce prêt est une véritable nécessité pour le groupe Lagardère qui est propriétaire des boutiques Relay, de l’éditeur Hachette et des médias Europe 1, Paris Match et le Journal du Dimanche car celui-ci a accusé de fortes pertes avec un recul de son chiffre d’affaires de l’ordre de 38% au troisième trimestre 2020.

Ainsi, ses revenus en provenance des segments de la distribution dans les gares et les aéroports sont les plus impactés avec les boutiques Relay et Duty Free qui ont perdu plus de 66% de leur chiffre d’affaires soit 393 millions d’euros. Ces segments avaient par ailleurs déjà perdu 55% de leurs revenus au premier semestre de cette année passée.

Le groupe avait alors indiqué prendre toutes les mesures nécessaires pour faire face à une crise qui pourrait être longue puisque le travel retail, comme toutes les activités liées de près ou de loin au secteur du voyage, est particulièrement touché par la pandémie de Covid-19. Le recourt à ce prêt garanti par l’Etat est donc une démarche de bon sens et de bonne gestion dans ce contexte particulier.

Notons également qu’en plus de ces difficultés financières, le groupe coté en Bourse et au statut de société en commandite par actions fait également l’objet d’une fronde de la part de Vivendu et du fonds Amber, ses deux plus importants actionnaires qui représentent près de 49% du capital de Lagardère et qui critiquent ouvertement la politique menée par Arnaud Laragdère. Les deux actionnaires ont cependant échoué, pour le moment, à convoquer une assemblée générale extraordinaire.