La tendance est plombée par la Fed et la peur d’une nouvelle vague pandémique

  •   Le 13/06/2020 à 12h46
  •   DEHOUI Lionel

La Bourse de New York était attendue en nette baisse tandis que les Bourses en Europe enregistraient aussi de fortes chutes à la mi-séance (jeudi). Une nouvelle bouffée d’aversion au risque a été provoquée par certaines déclarations décevantes de la Fed ainsi que la peur d’une nouvelle vague d’infection au covid-19. Les futurs des principaux indicateurs du marché financier américain témoignaient d’une ouverture en recul de plus de 1,3 % pour le Nasdaq. Il faut préciser qu’à la veille, le Nasdaq clôturait pour la première fois à plus de 10.000 points. Quant au Dow Jones, il chutait de 1,7 % tout comme le S&P-500. Il faut remarquer que le Standard & Poor’s se dirige ainsi vers sa 3e séance de baisse consécutivement. Or, il avait réalisé un rebond spectaculaire d’environ 45 % à l’issue de deux mois et demi. Par ailleurs, la situation des Bourses européennes préoccupe également les acteurs économiques.

La tendance est plombée par la Fed et la peur d’une nouvelle vague pandémique
Droit image : AFP

Les indices européens et les déclarations de la Fed

En Europe, la Bourse parisienne s’illustrait en premier ce jeudi avec un recul du CAC 40 pour la 4e séance consécutive. L’indice vedette parisien lâchait 2,24 % à 4.940,35 points (11H00 GMT). Quant aux autres indices européens comme le Dax à Francfort et le FTSE 100 à Londres, ils reculaient respectivement de 2,32 % et de 2,08 %. Le FTSEurofirst 300 et l’EuroStoxx 50 ont tous deux reculé de 2,19 % alors que le Stoxx 600 perdait 2,21 %.

La volatilité sur l’indice EuroStoxx revient à son sommet réalisé depuis le 22 mai dernier. Par ailleurs, la Fed a confirmé la maintenance de ses soutiens aux marchés américains ainsi qu’à son économie. Ce qui durera aussi longtemps que nécessaire même s’il y a plusieurs éléments qui surprennent les investisseurs américains. Parmi eux, les déclarations du président de la Fed Jerome Powell sur le risque de voir le manque d’emplois se perpétuer au fil des années.

Information : À la situation du chômage s’ajoute la perspective d’une baisse du produit intérieur brut (PIB). Aussi, les États-Unis enregistraient de nouveaux cas de contamination au Covid-19 à l’issue de 5 semaines de recul. Le nombre de cas a donc connu une nouvelle augmentation et suscite la peur d’une 2e  vague de la pandémie. Il faut noter que cela fait suite aux manifestations anti-violences policières et antiracisme des dernières semaines.

 

L’essentiel en Europe et en Asie

Ce jeudi, les principales Bourses asiatiques étaient en difficulté. C’est le cas de la Bourse tokyoïte qui avait terminé en nette baisse de 2,82 %. Elle était imitée par la Bourse de Shanghai de 0,78 %. La situation américaine a influencé l’ensemble des secteurs en Europe. Les secteurs les plus touchés par la pandémie avaient essuyé de fortes baisses. Par exemple, l’indice du secteur automobile chutait de 4,18 %, celui des banques de 3,74 % et l’indice Stoxx cédait 3,55 %.

Il faut préciser que cet indice concerne le secteur du transport et du tourisme. Parmi les valeurs du CAC 40 de ce jeudi, PSA perdait 5,99 % tandis que Renault et Unibail-Rodamco-Westfield perdaient respectivement 6,90 % et 6,77 %. Fiat Chrysler Automobiles lâchait 5,84 %. Le groupe Lufthansa s’illustrait négativement à Francfort avec une forte régression de 6,85 %. Selon le groupe allemand, plus de 26.000 emplois sont menacés par la crise sanitaire.