FIP Outre-mer, holding, investissement direct : investir dans des PME

Les PME sont essentielles pour l’économie française. Les financer revient donc à soutenir la croissance de notre pays. Pour ce faire, plusieurs solutions d’investissement sont accessibles. Certaines permettent même de réduire ses impôts, la dernière en date étant le FIP Outre-mer.  

FIP Outre-mer, holding, investissement direct : investir dans des PME

 

L’investissement par le FIP Outre-mer

L’investissement dans un Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) Outre-mer permet depuis la loi Egalité réelle Outre-mer du 14 février 2017 aux investisseurs en France métropolitaine de réduire leur impôt sur le revenu de 38% des sommes engagées dans des PME des DOM-TOM.

Les FIP engagent les investisseurs à soutenir sur le moyen terme (5 à 7 ans voire plus) des petites et moyennes entreprises de proximité (situées dans 4 régions frontalières).

Dans le cas du FIP Outre-mer comme dans le cas du FIP Corse, la réduction d’impôt est donc égale à 50% du montant de départ investi, avec un investissement plafonné à 24 000 euros pour les investisseurs en couple et 12 000 euros pour les investisseurs célibataires. Ce qui donne comme réduction d’impôt maximale 9 120 euros et 4 560 euros selon qu’ils soient en couple ou célibataires.

Pour que les investisseurs conservent leur réduction d’impôt, ils doivent garder leurs parts dans le fonds pendant au moins 5 ans.

 

L’investissement direct dans une PME

Investir directement dans une PME permet également de bénéficier d’une réduction de l’impôt sur le revenu, à savoir 25% des sommes engagées.

Pour que ce type d’investissement soit générateur d’une réduction d’impôt, il faut que les entreprises financées soient des PME au sens communautaire du terme. A savoir qu’elles doivent compter moins de 250 salariés et réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros ou un bilan annuel inférieur à 43 millions d’euros.

Elles doivent également être soumises à l’impôt sur les sociétés ou l’impôt sur le revenu. Elles doivent effectuer une activité dans certains secteurs spécifiques tels que le secteur artisanal ou agricole par exemple. Elles ne peuvent être la propriété à plus de 25% d’une entreprise ne répondant pas aux critères d’une PME.

  • Elles doivent aussi être âgées de moins de 7 ans.
  • Leur siège social doit être situé dans un pays de l’UE.
  • Enfin leurs titres ne peuvent être négociés sur un marché réglementé.

Si toutes ces conditions sont réunies, alors l’investissement ouvre droit à une réduction d’impôt.

 

L’investissement dans une holding

Une holding est elle-même une PME spécialisée dans la collecte de fonds auprès dans le but de les investir dans d’autres PME. Ce véhicule d’investissement fait office d’intermédiaire entre les PME et le patrimoine de l’investisseur.

Toute personne physique qui cherche à revendre les parts d’une entreprise dont elle est actionnaire et par la même occasion maximiser sa trésorerie pour réinvestir dans d’autres entreprises, a la possibilité de transférer ses parts dans une holding dont elle a le contrôle.

Si l’actionnaire dirigeant revend ses titres via sa holding dans les 3 années suivant l’apport, il pourra bénéficier d’un report d’imposition de ses plus-values (Flat tax) à la condition de réinvestir 50% au moins dans une société non cotée d’ont l’activité éligible au dispositif.

Conclusion, si investir dans des PME peut vous apporter un avantage fiscal, gardez tout de même à l’esprit que cela reste investissement risqué qui peut vous faire perdre tout ou partie des montants investis.

 

Note: 4.25 8 votes