Le pétrole en hausse avant l’OPEP

  •   Le 05/12/2019 à 11h07
  •   HARMANT Adeline

A la fin de la séance de mercredi 4 décembre, on a pu observer une hausse importante du cours du pétrole alors même que doit se tenir aujourd’hui le sommet de l’OPEP et après une baisse plus importante que prévue des stocks américains. Explications et informations complémentaires à propos de cette actualité et de cette analyse.

Tradez le pétrole en ligne !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Le pétrole en hausse avant l’OPEP
Droit image : ben klocek - Flickr

La hausse enregistrée hier sur le cours du pétrole :

Lors de la séance d’hier, le cours du pétrole Brent de la mer du Nord pour livraison en février a connu une hausse de 2.18 dollars du baril avec un cours de clôture de 63 dollars sur le marché londonien.

En ce qui concerne le cours du WTI pour livraison en janvier, il a grimpé de 2.33 dollars, soit une hausse de 4.2% et a terminé la séance à 58.43 dollars du baril.

 

Une réunion de l’OPEP de la plus grande importance aujourd’hui et demain :

Cette hausse du prix de l’or noir tient notamment au fait que les responsables de l’OPEP sont actuellement réunis pour un sommet à Vienne, en Autriche et qui doit durer toute cette journée de jeudi. Une réunion est également prévue demain avec les 10 pays partenaires dont la Russie.

Au cours de ces rencontres, plusieurs sujets seront abordés dont le pacte par lequel ils se sont engagés à réduire leur production dans le but de limiter l’offre de pétrole brut mondial et éviter une chute trop importante du prix du baril. Rappelons en effet que depuis le mois de décembre 2018, cette réduction a été fixée à 1.2 millions de barils par jour comparativement au mois d’octobre de la même année.

Les experts indiquent ainsi à ce sujet : « Même si le marché ne devrait pas se laisser trop emporter, on pourrait avoir non pas une prolongation du pacte actuel mais une diminution encore plus forte de la production »>.

 

Des stocks américains hebdomadaires en baisse :

Un autre élément qui a sans doute poussé les investisseurs à acheter du pétrole concerne la publication hier du rapport hebdomadaire des stocks de brut américain qui ont montré une baisse sensible des réserves de brut que l’on n’avait pas observé depuis plusieurs semaines soit 6 semaines précisément. Etant plus importante que prévu, cette baisse est notamment le résultat d’une activité plus importante dans les raffineries américaines.

A ce propos, Connor Campbell, un analyste de Speadex a commenté : « Bloomberg a lancé mercredi une bouée de sauvetage sur les marchés, révélant qu'un accord commercial de ''phase un'' était toujours en vigueur malgré les divers obstacles apparus au cours de la semaine écoulée ».

Notons également que les prix du pétrole avaient au préalable subi une forte pression en fin de semaine dernière alors que Donald Trump avait indiqué qu’il n’y avait pas de date butoir concernant un accord et qu’il pourrait attendre la fin de l’élection présidentielle de novembre 2020. La Chine a confirmé également de son côté n’avoir fixé aucune date limite pour un tel accord.