GENFIT : The Lancet Gastroenterology & Hepatology fait une publication de la technologie NIS4

  •   Le 05/08/2020 à 21h16
  •   DEHOUI Lionel

GENFIT est une société biopharmaceutique de stade avancé. Elle consacre ses activités dans la recherche de traitement pour les patients atteints de maladies hépatiques. Récemment, la société a élaboré une nouvelle technologie de diagnostic non invasive à base de sang, dénommé NIS4. Elle a été conçue pour diagnostiquer les patients atteints de « NASH » et de « NASH à risque » et vient d’être publiée par « The Lancet Gastroenterology & Hepatology ».

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
GENFIT : The Lancet Gastroenterology & Hepatology fait une publication de la technologie NIS4

Suneil Hosmane se prononce sur la technologie NIS4

Le PhD et responsable des diagnostics mondiaux chez GENFIT a affirmé que la publication de leur technologie par The Lancet est une étape cruciale de leur projet. D’abord, les données qui ont été publiées dans « The Lancet Gastroenterology and Hepatology » présentent des performances solides de la NIS4 pour diagnostiquer la NASH à risque.

Ensuite, elles mentionnent également les meilleures performances de NIS4 comparativement à d’autres technologies du secteur, notamment les tests de fibrose hépatiques utilisés généralement dans les cliniques. Suneil Hosmane reste alors confiant que les nouveaux tests de diagnostics seront d’une importante utilité pour la gestion des patients atteints de NASH.

Par ailleurs, une majeure partie des personnes atteintes de NASH à risque n’ont pas été identifiées et une solution non invasive pour les diagnostiquer est indispensable. Il s’agit notamment des patients qui présentent un fort risque de développer des complications hépatiques très sévères. En ce qui concerne le NASH, le véritable problème se trouve dans le fait que les victimes ne développent pas souvent de symptômes, jusqu’à ce que la maladie atteigne un niveau très avancé.

En conséquence, la nouvelle formule de tests non invasifs est plus que nécessaire. Elle permettra d’identifier les personnes qui auront besoin d’une intervention médicale plus agressive, grâce à une simple prise de sang.

 

Ce que pense le Professeur Arun Sanyal

Arun Sanyal, professeur de médecine à l’Université du Commonwealth de Virginie à Richmond soutient la nouvelle technologie NIS4. D’après sa déclaration, le secteur de la médecine est en manque d’outils simples pouvant permettre d’identifier les patients porteurs de risque, qui ont une stéatohépatite non-alcoolique. Ces outils permettraient d’en identifier ceux dont l’activité et la fibrose sont tellement élevées au point de nécessiter des interventions plus intenses, plutôt que de simples changements de modes de vie.

Selon le professeur, la nouvelle formule du NIS4 peut permettre de répondre à ce besoin non satisfait. Il soutient que cette technologie peut servir à identifier ces patients en nombre minuscule parmi les personnes obèses, porteuses ou non du diabète. Pour lui, c’est une opportunité qui ouvre le chemin à des idées de développement de tests et de traitements non invasifs qui seront accessibles à toutes les cliniques.

 

À propos de GENFIT

Étant une société biopharmaceutique de stade avancé, GENFIT consacre son activité dans la recherche de traitements pour les personnes atteintes de maladies hépatiques et métaboliques. Elle fait partir des élites dans le secteur de recherche de médicaments à base de récepteurs nucléaires et s’impose dans le domaine depuis plus de 20 ans.

L’entreprise a développé une nouvelle technologie dénommée NIS4 pour faciliter la prise en charge des personnes atteintes de maladies de foie. C’est une technologie de « diagnostic sanguin » non invasive qui permettra d’identifier aisément les personnes atteintes de stéatohépatite non alcoolique (NASH) et de fibrose significative à avancée (F> 2), communément appelée NASH à risque.