Fusion PSA-FCA : les actionnaires des deux parties donnent leur approbation

  •   Le 06/01/2021 à 09h30
  •   DEHOUI Lionel

Présenté depuis décembre 2019, le projet de fusion de PSA et FCA vient de connaître une grande avancée. Les deux constructeurs automobiles viennent de franchir une étape décisive de leur mariage. En effet, ledit projet a été approuvé par les actionnaires des deux groupes. Par ailleurs, la finalisation de la fusion est prévue pour le 16 janvier prochain. Aussi, la cotation de l’action du nouveau groupe automobile commencera le 18 à Paris et Milan, et le 19 à New York.

--- Publicité ---
Trader l’action PSA !
71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Fusion PSA-FCA : les actionnaires des deux parties donnent leur approbation
Droit image : Ming-yen Hsu - Flickr

Approbation de la fusion de PSA et FCA par les actionnaires

Le projet de fusion de PSA et FCA a été approuvé par les actionnaires des deux groupes à la quasi-unanimité des voix. Ce mariage des deux constructeurs doit donner naissance à un nouveau groupe automobile baptisé « Stellantis ». Ce dernier se classe au quatrième rang sur le plan mondial en termes de ventes en volume.

En effet, l’ensemble des actionnaires du constructeur français PSA se sont réunis en assemblée générale extraordinaire pour se prononcer sur ledit projet. Au terme de cette réunion, la fusion a été approuvée avec 99,85 % de voix favorables. Il faut souligner qu’en raison de la situation sanitaire, cette séance s’est tenue à huis clos.

Quant aux actionnaires de la société Fiat Chrysler Automobiles (FCA), ils ont également voté en faveur de ce mariage avec 99,15 % de voix pour.

 

Des personnalités se prononcent sur le nouveau groupe automobile

Classé troisième sur le plan mondial (compte tenu de son chiffre d’affaires), le groupe Stellantis viendra apporter un nouveau dynamisme dans le secteur automobile. À ce sujet, John Elkann, futur président de Stellantis, n’a pas manqué l’occasion de se prononcer. En effet, il estime que ce nouveau groupe automobile va amorcer une révolution en termes de mobilité pendant les dix prochaines années.

Dans la suite de sa déclaration, il voit le groupe jouer un rôle de premier plan dans son secteur d’activité. D’autres personnalités se sont également prononcées sur les qualités de Stellantis. Ainsi, dans un communiqué, le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Relance et celui du Développement économique de l’Italie se félicitent de la création de ce nouveau groupe automobile.

Ils pensent que celui-ci permettra le renforcement de la performance et du leadership de l’industrie automobile européenne. Ceci sera possible grâce à l’empreinte industrielle solide dont fait preuve Stellantis en Europe.

Aussi, Bruno Le Maire et son homologue Stefano Patuanelli, estiment que l’association des capacités d’innovation des deux constructeurs contribuera pleinement à la transition écologique, qui est au cœur de la stratégie de croissance économique et de relance de la France et de l’Italie.

 

Les ambitions du nouveau groupe automobile

Le nouveau groupe automobile a obtenu la totalité des 22 autorisations demandées auprès d’autorités de la concurrence. Séduisant par son chiffre d’affaires, le nouveau géant européen du secteur de l’automobile est attendu à un niveau extraordinaire dans les prochaines années. Ainsi, il est appelé à réaliser des performances salutaires dans les jours à venir.

Pour dynamiser ses activités en cette période de pandémie, le groupe bénéficiera d’une complémentarité géographique utile. Par ailleurs, il a pour ambition de générer cinq-milliards d’euros de synergies précieuses dans le cadre du financement de l’électrification à marche forcée des véhicules.

Aussi, le nouveau géant automobile devra réaliser une production annuelle d’environ huit-millions de véhicules. De plus, son chiffre d’affaires sera attendu à un montant estimé à plus de 165 milliards d’euros. Cependant, de nombreux défis sont à relever par le nouveau groupe. Il s’agit notamment du redressement de ses activités en Chine et de la gestion de ses surcapacités.