Fermeture de Disneyland à Marne-la-Vallée

  •   Le 09/12/2020 à 08h23
  •   DEHOUI Lionel

Habituellement très animé, Disneyland DS.N s’est vu dans l’obligation de fermer son château de Belle au bois dormant, ainsi que ses autres attractions. Compte tenu de la nouvelle vague épidémique liée au Covid-19, les activités seront mises aux arrêts jusqu’en février.

71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Fermeture de Disneyland à Marne-la-Vallée
Droit image : Clem - Flickr

Les commerces aux alentours de Disneyland fragilisés

À Marne-la-Vallée et dans les villes limitrophes, un nombre important d’hôtels a été créé ces 30 dernières années. Cette contrée fortement mouvementée dans le passé, inquiète aujourd’hui par le grand silence qui y règne. Aussi, les dégâts collatéraux de cet arrêt forcé sont assez importants, surtout en matière d’emploi.

Tomica Vajic, propriétaire de 4 restaurants non loin du parc, ne cache pas sa désolation. Il affirme que même s’ils avaient l’autorisation d’ouvrir, cela ne servirait à rien. Selon lui, si Disneyland n’ouvre pas, tant qu’il n’y a donc pas de touristes dans les environs, la chance de voir leurs commerces prospérer dans ces conditions est très mince.

Actuellement, M. Tomica a toujours trois de ses restaurants ouverts, mais il a réduit le personnel, et ne fait que des livraisons à domicile pour les riverains. Assisté de son épouse Milena, Vajic a sollicité les prêts garantis par l’État. Cependant, le couple craint que le remboursement de cette dette les amène à repousser de plusieurs années leur départ à la retraite.

 

La fermeture de Disneyland « est une catastrophe »

Les deux confinements imposés en France en mars et fin octobre ont sévèrement impacté le secteur de l’hôtellerie et de la restauration dans le pays. Le hic, c’est que la réouverture probable de ces centres de commerce est prévue pour le 20 janvier au minimum.

Par ailleurs, les conséquences de cette situation sont encore plus catastrophiques à Val d’Europe. Il s’agit d’un pôle touristique où est concentré un nombre important de petites villes et de centres commerciaux aux alentours de Disney. Il compte environ 50 000 habitants.

Selon Philippe Descrouet, maire de Serris et directeur de Val d’Europe, Disneyland emploie dans sa commune des électriciens, des couturières pour ses costumes et du personnel de sécurité. Maintenant que le site a fermé, il exprime sa désolation en avouant qu’« aujourd’hui, forcément, c’est une catastrophe ».

De plus, les autorités locales stipulent que Val d’Europe et Disneyland Paris reçoivent plus de visiteurs chaque année que la tour Eiffel et le musée de Louvre réuni.

 

Une déception pour les employés du parc

Selon les syndicats, un plan de rupture conventionnelle portant sur 1000 reconversions de postes ou départs serait sur la table. Bien que le programme ait été mis place avant la crise sanitaire, l’administration négocie afin qu’il soit effectif.

Cependant, Disneyland a préféré garder le silence en ce qui concerne les chiffres de fréquentation et n’a pas voulu faire de déclaration sur d’éventuelles suppressions d’emplois. Par ailleurs, un porte-parole du groupe a notifié que le projet de 2 milliards d’euros, qui vise à agrandir le parc est toujours d’actualité.

Pour l’instant, ce qui est évident, c’est que les employés de Disneyland sont actuellement au chômage partiel. Par conséquent, plusieurs d’entre eux craignent que le retour à la normale prenne du temps.

Aussi, Valentin Markowskia, un ancien salarié du groupe a indiqué que plusieurs artistes britanniques (qui faisaient des défilés et offraient des spectacles), sont rentrés chez eux.