FDJ EN CRISE : La société se donne 18 mois pour se relever

  •   Le 19/06/2020 à 08h49
  •   DEHOUI Lionel

Touchés par la crise sanitaire, les citoyens français s’adonnent de moins en moins aux jeux d’argent. Au cours de son assemblée générale tenue le 18 juin 2020, la FDJ a confirmé les répercussions de la crise sur sa structure. En guise de réponse, elle s’est donné comme objectif de régulariser la situation avant la fin de l’an 2021.

Trader l’action FDJ !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
FDJ EN CRISE : La société se donne 18 mois pour se relever
Droit image : Otto Kristensen - Flickr

Privatisation de la FDJ : la meilleure solution ?

À la fin de l’année 2019, l’État français, qui détenait encore 72 %, du capital de la Française Des Jeux a proposé sa privatisation. De là, 52 % du capital de l’opérateur public de jeux d’argent a été cédé aux investisseurs.

L’introduction en bourse de la Française Des Jeux a permis une augmentation de 53,8 % de plus-values latentes. Ce qui a causé par le même temps une progression de plus de 30 % de son cours d’action sur le marché boursier depuis janvier 2020.

Cependant, même si la perte de bénéfices qu’essuie la FDJ est estimée à près de 30 % au cours de la première partie de l’année 2020, la situation n’effraie pas les particuliers qui la considèrent comme une valeur sûre

Quant aux investisseurs qui ne voudraient pas attendre la distribution gratuite des actions, ils peuvent sécuriser leurs gains d’autant plus que +50 % de gains ont déjà été encaissés.

 

Impact du COVID-19 sur les activités de la FDJ

La crise sanitaire a eu de grandes répercussions sur les activités de l’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs.

Les premières conséquences de la pandémie justifient le mauvais résultat enregistré par le groupe en début d’année. Au 1er trimestre 2020, la FDJ enregistrait des mises en recul de 5 %, soit 4,1 milliards d’euros et un chiffre d’affaires en baisse de 1 %, soit 0,5 milliard d’euros.

De plus, depuis le début du confinement, les mises ont reculé de plus de 60 %. On note surtout une baisse de plus de 40 % des mises «loterie hors Amigo», la suspension totale du jeu Amigo depuis le 19 mars et la réduction des paris sportifs de près de 95 %. Une réduction qui s’explique par l’annulation de la plupart des compétitions.

Après deux mois de confinement, la chute observée par la FDJ se traduit aujourd’hui par un impact significatif de près de 200 millions d’euros sur le chiffre d’affaires et de 100 millions d’euros sur l’EBITDA. Les bénéfices avant impôts et amortissements ont également baissé de -28.90 % par rapport à l’ensemble de 2019.

 

Le plan d’action de la FDJ face à la crise

Le groupe a adopté un plan d’action qui consiste à économiser plus de 80 millions d’euros sur le reste de l’année 2020. Autrement dit, elle économisera environ 10 % de ses coûts fixes annuels. De même, le conseil d’administration envisage de proposer un maintien du versement d’un dividende à l’assemblée générale, tout en recommandant d’en diminuer le montant de 30 %, soit à 0,45 € par action.

Alors que le monde entier craint une nouvelle vague de la pandémie, Stéphane Pallez (PDG de la FDJ) a déclaré que le retour à la situation de 2019 sera long.