Doit-on s’attendre à un krach boursier en 2019 ?

En naviguant sur Internet et ce d’autant plus si vous vous intéressez au monde de la Bourse, vous êtes sans doute tombé sur des articles ou des vidéos tentant de vous démontrer que nous allons prochainement assister à un prochain krach boursier. Mais qu’en est-il réellement ? Que disent les spécialistes et quels sont les signes annonciateurs d’un tel évènement ? C’est ce que nous allons tenter de décrypter ensemble au travers de cet article. Nous vous expliquerons enfin comment, en tant qu’investisseur, il est possible de réaliser des opérations intéressantes en cas de krach boursier.  

Trader en ligne dès maintenant !
66% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Doit-on s’attendre à un krach boursier en 2019 ?

Un krach boursier : Qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord et avant de découvrir ensemble su un krach boursier est bien envisageable prochainement, prenons quelques instants pour redéfinir précisément ce terme qui est parfois utilisé de la mauvaise manière.

On appelle krach boursier un phénomène économique provoqué par l’effondrement rapide et soudain mais aussi inévitable des cours boursiers durant une ou plusieurs séances consécutives. Dans la grande majorité des cas, c’est un mouvement de panique de masse chez les investisseurs qui est la cause de ce phénomène avec des ventes stratégiques très importantes sur une ou plusieurs places financières. Or, lorsque les cours baissent, les investisseurs ayant encore des positions à l’achat les revendent également dans le but de couper leurs pertes, ce qui augmente encore la force et la volatilité du mouvement baissier.

De plus et avec la très forte internationalisation des marchés, le krach qui a lieu sur un marché s’étend peu à peu aux autres places financières et touche généralement le monde entier en quelques heures ou quelques jours à peine. Rappelons en effet que de nos jours, les places boursières du monde entier sont connectées entre elles et que les systèmes de gestion des marchés sont quasiment tous électroniques ce qui amplifie encore davantage la rapidité à laquelle le système peut s’effondrer. Ainsi, une crise provoquée par un krach boursier au départ localisé va rapidement se répandre au reste du monde bien que les effets sur l’économie puissent varier d’un pays ou d’une économie à une autre.

On remarque aussi souvent que les krachs boursiers sont provoqués par ce que l’on appelle un « éclatement de bulle spéculative ». Cela signifie qu’un secteur d’activité ou une zone économique qui a attiré de nombreux investisseurs atteint ses limites de croissance ce qui provoque des ventes importantes. Mais il existe d’autres causes pouvant entrainer un krach boursier comme l’éclatement d’un conflit géo-politique majeur.

 

Quelles sont les conséquences d’un krach boursier sur l’économie et la politique :

Si les causes d’un krach boursier peuvent être diverses, il en va de même des conséquences qui vont toucher à la fois la sphère économique, la sphère bancaire et la sphère politique.

En ce qui concerne les conséquences économiques d’un krach boursier, elles affectent de manière directe la capacité d’investissement des entreprises. Bien entendu, une baisse des investissements des entreprises entrainera alors une baisse de l’économie en générale avec le début d’une période de récession, une hausse du chômage, une baisse des salaires puis logiquement, une baisse de la consommation et donc une nouvelle baisse de l’activité économique dans son ensemble.

Les conséquences d’un krach boursier sur le système bancaire sont également importantes avec notamment l’apparition d’un phénomène connu sous le nom de « bank run » auquel les groupes bancaires doivent faire face. Ces banques ont en effet de plus en plus de mal à emprunter entre elles ou auprès des banques centrales et sont alors dans l’obligation de pratiquer un resserrement de crédit afin de décourager les emprunteurs les moins solvables. Les krachs boursiers les plus importants ont d’ailleurs entrainé ainsi la faillite de certaines grandes banques internationales.

Enfin, il y a bien entendu aussi des conséquences politiques à un tel phénomène. Lorsqu’un krash boursier est suffisamment important pour perturber l’économie d’un pays, les gouvernements peuvent décider d’intervenir en urgence afin de limiter que ces conséquences négatives ne prennent trop d’ampleur et ainsi permettre de soutenir au minimum la stabilité économique. Il est alors fréquent que certaines banques soient nationalisées afin d’éviter leur faillite ou encore que des plans de sauvetage soient mis en place avec des recapitalisations. Les Banques Centrales sont ainsi souvent dans l’obligation de fournir des liquidités en devenant prêteur auprès des banques afin de relancer l’économie.

 

Quels ont été les plus grands krachs boursiers de l’histoire ?

Pour mieux comprendre ce qu’on entend ici par krach boursier, nous vous proposons maintenant un petit rappel des krachs boursiers qui ont marqué l’histoire.

  • Le krach de 1929 : Egalement connu sous le nom de « jeudi noir », ce krach boursier a touché principalement la Bourse de Wall Street à New-York.
  • Le krach de 1987 : Il a également touché de plein fouet la Bourse de Wall Street et a cette fois été baptisé le « Lundi noir ».
  • Le krach de 2001 : Il s’agit de l’explosion de la bulle Internet qui a provoqué un krach en fin d’année 2001 et début 2002, notamment sur le marché du NASDAQ.
  • Le krach américain de 2007 : ce krach est connu sous le nom de « crise des subprimes » et a principalement touché le marché américain.
  • Le krach de 2008 : Il a concerné les Bourse du monde entier qui se sont effondrées sous l’effet de la crise de la dette notamment en Europe. Cette crise financière européenne s’est achevée en 2009.

 

Faut-il craindre un nouveau krach boursier en 2019 ?

Ce n’est pas sans raison si de nombreux investisseurs craignent actuellement un nouveau krach boursier imminent. En effet, cela fait précisément 10 ans en 2019 que la crise financière mondiale a touché à sa fin. Pendant ces dix années, le monde a connu une forte croissance économique et même l’une des plus longues périodes de croissance sur le plan historique depuis la bulle Internet qui a également duré 10 années de 1991 à 2001.

Le fait d’atteindre ce record nous incite donc à nous interroger sur l’avenir de cette croissance. Celle-ci peut-elle en effet se poursuivre ou devons-nous nous préparer à un nouveau krach boursier imminent ?

Pour tenter de le comprendre, rappelons ce qui s’est passé pendant la bulle Internet et sa forte période de croissance. Au début des années 1990, Internet et ses services sont à leur apogée et la reprise économique a été largement favorisée par des taux d’intérêt très bas et des crédits peu onéreux. Or, ce type de croissance ne peut pas durer éternellement comme le précisent de nombreux économistes et analystes. On assiste alors à une explosion de la bulle spéculative et à un krach.  Il y a donc de fortes chances pour que ce phénomène cyclique se reproduise prochainement.

D’ailleurs, de nombreux analystes de marchés pointent déjà du doigt les premiers signes avant-coureurs d’un krach boursier imminent sur les différents marchés financiers. D’une part, les fondamentaux ne sont plus aussi bons qu’il y a quelques mois et d’autre part, l’année 2018 a été plutôt négative pour la plupart des marchés financiers avec des niveaux de cours que l’on n’avait plus observé depuis 2008.  D’après ces signaux négatifs et comme nous allons le voir maintenant, certains analystes anticipent une correction pouvant atteindre 70% sur les marchés avant la fin de l’année 2019.

 

Quels sont les signes actuels qui semblent annoncer un prochain krach boursier ?

Nous vous proposons maintenant de passer en revue les différents signes qui laissent à penser qu’un nouveau krach boursier pourrait avoir lieu prochainement.

Comme nous venons de le voir, l’année 2018 a été une année un peu spéciale sur les marchés financiers avec notamment une volatilité importante des principaux marchés boursiers comme on ne l’avait plus observé depuis la récession de 2008. La volatilité des marchés est l’un des signes avant-coureurs les plus fréquents d’une crise boursière et donc d’un krach boursier.

Un autre signal à prendre au sérieux concerne cette fois les taux d’intérêt. En effet, au moment où l’économie américaine est en plein essor, on constate que la FED ou Réserve fédérale américaine qui est la banque centrale de ce pays a procédé à plusieurs augmentations de ses taux d’intérêt en quelques années soit pas moins de 8 augmentations depuis 2015. Mais avec le rapprochement du pays du plein emploi, on doit s’attendre à un risque important de hausse de l’inflation et d’une envolée des prix à la consommation. En effet, augmenter les taux d’intérêt est une méthode fréquemment utilisée par les banques centrales dans le but de limiter une hausse de l’inflation en augmentant le coût du crédit et en rendant l’épargne plus intéressante ce qui permet de créer une forme d’équilibre entre les dépenses et l’épargne des ménages. Mais ce système n’est pas pour autant sans risque puisque la baisse de la consommation entraine aussi une baisse des revenus des entreprises qui commercialisent leurs produits auprès de ces ménages. Or, puisque les taux d’intérêt sont élevés, ces entreprises ne peuvent plus ou peuvent plus difficilement compter sur des emprunts pour se relever de cette situation et honorer le remboursement de leur dette. Cette situation est donc un cercle vicieux qui va sans doute, à terme impacter globalement l’économie et entrainer une baisse importante du cours des actions et donc potentiellement un nouveau krach boursier. On constate d’ailleurs que la grande majorité des crises financières et des krachs financiers importants ont été précédés par une hausse des taux d’intérêt.

Un autre signal majeur susceptible d’indiquer une prochaine crise financière et un krach boursier imminent nous vient du directeur générale d’Apple, Tim Cook suite à des résultats décevant de cette entreprise dont les perspectives de vente ont été publiées à la baisse pour la première fois en 12 ans. Celui-ci a en effet indiqué à ses investisseurs que cette baisse des ventes est en grande partie dû à un ralentissement important de la consommation en Chine puisque les ventes dans ce pays représentent actuellement près de 20% du chiffre d’affaires du groupe. Or, Apple n’est pas la seule entreprise à avoir beaucoup misé sur les marchés émergents comme la Chine. Nombre d’entreprises internationales ont adopté cette stratégie au cours des dernières années sans pour autant avoir anticipé un tel ralentissement et ses conséquences. Il va de soi que si la croissance chinoise continue à ralentir, une grande partie des entreprises internationales vont en souffrir car leurs ventes dépendent pour beaucoup de cette région du monde.

Enfin, le dernier signal en faveur d’un krach boursier imminent concerne cette fois les publications économiques en provenance des Etats-Unis. En effet et pour la première fois depuis que Donald Trump est au pouvoir, les Etats-Unis ont publié des prévisions économiques et des indicateurs de confiance très en dessous des attentes des analystes ce qui est un phénomène particulièrement inquiétant et susceptible de provoquer la méfiance des investisseurs. On notera également que l’activité industrielle des usines américaines a connu une baisse importante et a atteint son plus bas niveau depuis deux ans.

Bien entendu et comme vous le savez sans doute, le marché tel qu’il est actuellement, tient sans doute déjà compte de ces signaux inquiétants. Reste à savoir dans quelle mesure et si son anticipation est juste ou si nous devons nous attendre à une récession encore plus forte dans les mois à venir.

 

Que disent les analystes quant à la probabilité d’un krach boursier imminent et à son ampleur ?

Si la plupart des investisseurs sont capables d’analyser les différents signaux que nous venons de citer comme étant annonciateurs d’un krach boursier imminent, il est toujours plus intéressant de consulter l’avis d’experts des marchés financiers. Or, comme nous allons vous l’expliquer ici, les analystes sont également majoritairement d’accord pour dire que nous devons nous préparer à un tel évènement.

A cause notamment de la forte volatilité qui a marqué les marchés en 2018 et de la hausse des taux d’intérêt en hausse, de nombreux économistes et spécialistes boursiers mettent d’ores et déjà en garde les investisseurs quant au risque de plus en plus important d’assister à un krach boursier avant la fin de l’année 2019.

Comme le soulignent certains de ces experts, la situation économique actuelle qui est l’une des plus fortes de ces quarante dernières années avec un plein emploi presque atteint provoque une certaine euphorie du marché. Mais cette situation ne peut, en aucun cas, tenir la durée. On assiste en effet à une augmentation des coûts qui entraine elle-même la formation de bulles spéculatives notamment sur le marché des actions et des crédits.

En ce qui concerne l’ampleur que pourrait prendre ce phénomène, les avis divergent quelque peu selon les analystes. Certains tablent sur un retracement de l’ordre de 40% environ du marché des actions alors que d’autres pensent que cette baisse pourrait atteindre les 70%. Il y a toutefois davantage de spécialistes pour lesquels une récession des marchés atteignant les 70% de baisse est envisageable et ce, à plus ou moins court terme puisque ces derniers parlent d’un krach qui interviendra sans doute avant la fin de cette année.

 

Est-il possible de profiter d’un prochain krach boursier en tant qu’investisseur particulier ?

Maintenant que vous savez qu’il y a de fortes chances pour que l’on assiste très prochainement à un krach boursier, vous vous demandez peut-être comment il est possible de placer votre argent en Bourse face à un tel phénomène.

Il est évident qu’un effondrement des marchés boursiers va impacter directement la rentabilité d’un portefeuille d’actions et qu’il est donc préférable de revendre ces titres tant que le marché se maintient encore. Mais il est également possible d’utiliser la chute des cours à votre avantage en changeant votre mode d’investissement et en passant notamment par le trading de CFD en ligne qui autorise les ventes à découvert. Grâce à ces contrats sur la différence et en cas de krach avéré, vous aurez donc la possibilité de profiter des mouvements baissiers pour générer des bénéfices.

Une volatilité importante des marchés est en effet souvent l’occasion de profiter d’opportunités intéressantes à partir du moment où l’on utilise les bons instruments financiers. Actuellement, tous les signaux sont au vert en ce qui concerne une prise de position à la vente sur de nombreux actifs avec une stratégie à moyen terme. Mais si vous optez pour une stratégie à plus court terme, les CFD vous permettront également de prendre position rapidement après un signal de krach notoire.

Les CFD vous permettront par ailleurs de spéculer non pas seulement sur la baisse du cours des actions en Bourse mais également sur la baisse du cours des indices boursiers les plus sensibles aux krachs comme le S&P 500 ou l’indice français CAC 40.

Finalement, un krach boursier imminent n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour les traders mais peut s’avérer au contraire être une nouvelle positive.

Spéculer sur un krach boursier avec les CFD :

N’attendez pas le début du prochain krach boursier pour créer votre compte sur une plateforme de trading de qualité et pour commencer à vous familiariser avec les CFD pour être prêt à prendre position au bon moment.

Trader en ligne dès maintenant !
66% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent
Pas encore de vote