Opposition de l’Etat français au rachat de Carrefour par Couche-Tard

  •   Le 14/01/2021 à 11h43
  •   HARMANT Adeline

Alors que l’anticipation d’un possible rachat du groupe français Carrefour par une entreprise canadienne a fait grand bruit sur le marché, l’Etat français semble s’opposer farouchement à cette opération. C’est en tout cas ce qu’a exprimé le ministre de l’économie Bruno Lemaire cette semaine lors d’une interview et alors qu’il était questionné sur ce sujet.

71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Opposition de l’Etat français au rachat de Carrefour par Couche-Tard
Droit image : Mike Knell - Flickr

Qu’en est-il de la proposition de rachat de Carrefour par Couche-Tard ?

On en apprend donc un peu plus cette semaine en ce qui concerne la possible opération très suivie des marchés et qui pourrait changer définitivement le secteur de la grande distribution en France. Il s’agit en effet de l’intention de rachat de Carrefour par une société canadienne, Couche-Tard. Ce dernier a en effet précisé hier avoir adressé au distributeur français une lettre d’intention non-engageante en vue d’un rapprochement amical sur la base d’un prix de 20 euros par action. Cette lettre précise par ailleurs que la rémunération proposée serait en grande partie numéraire.

Une telle opération aurait pour effet de valoriser l’entreprise française à plus de 16 milliards d’euros. D’ailleurs, la réaction des marchés ne s’est pas faite attendre puisque le cours de l’action Carrefour a gagné plus de 13.4% lors d’une séance mouvementée hier et a fini à 17.5€.

On sait également que l’entreprise canadienne a pris contact avec Carrefour en décembre 2020 et que ses équipes se sont alors rendues en France pour visiter des magasins de l’enseigne et de la concurrence. Suite à l’envoi de la lettre d’intention, les administrateurs de Carrefour ont demandé à Alexandre Bompart, l’actuel PDG du groupe, d’entamer des discussions avec ce possible acquéreur.

 

L’Etat français souhaite protéger la souveraineté alimentaire des français :

Bien que le groupe Couche-Tard ait apporté la preuve de son approche amicale, précisant qu’il ne lancera pas d’OPA si cette proposition n’est pas soutenue par le conseil d’administration de Carrefour, l’Etat français a, quant à lui, vivement réagi à cette possibilité de rachat.

En effet, et au cours d’une interview dans l’émission C à Vous sur France 4, le ministre de l’économie français Bruno Le Maire a exprimé son opposition à ce projet. Celui-ci a ainsi déclaré « A priori, je ne suis pas favorable à cette opération ». Il a également rappelé que son feu vert était indispensable à un éventuel rachat de Carrefour par son concurrent Canadien dans le cadre du contrôle des investissements étrangers en France.

Or, le groupe Carrefour est important pour deux raisons. Tout d’abord, il s’agit du premier employeur privé de France comme l’a relevé le ministre. Ce jeudi matin, Elisabeth Borne a également pris la parole à ce sujet sur Europe 1 en expliquant qu’elle était favorable à ce qu’il n’y ait pas de remise en cause de l’actionnariat actuel de Carrefour pour qu’il puisse poursuivre sa stratégie. Elle est donc également opposée à ce rachat.