Engie : se renforce au capital de TAG (Brésil)

  •   Le 22/07/2020 à 13h17
  •   DEHOUI Lionel

La journée d’hier a été considérée comme la plus fructueuse en matière de publication de résultats par les entreprises. Progressivement, les fruits sont en train de tenir la promesse des fleurs puisque plusieurs entreprises ont communiqué leur résultat comptant pour les six premiers mois. Michelin, Eurazeo, Renault, Casino, Novartis, UBS, ADP, Linkedln et même Engie se sont soumises à cet exercice difficile en ce contexte de crise sanitaire, sociale et économique. Une démarche assez courageuse et tout aussi indispensable pour le développement de ces grandes sociétés. Mais une nouvelle attire particulièrement l’attention sur le continent sud-américain et surtout au Brésil. La nouvelle concerne une annonce du groupe Engie et le relie directement au deuxième pays le plus touché actuellement par le coronavirus. En effet, Engie a fait savoir que l’une de ses offres avait été retenue dans le processus de désinvestissement dirigé par Petrobras. Remarque : Il faut noter avant toute chose qu’il est question de l’offre conjointe proposée par Engie et la CDPQ (soit la Caisse de Dépôt et Placement du Québec). C’est visiblement une excellente nouvelle pour le groupe Engie en vue de ses 10 % de participation restante au sein de l’entreprise TAG, soit Transportadora Associada de Gas. Le groupe français n’a pas manqué de donner les détails importants sur cette opération dont l’intérêt n’est plus à démontrer.

Trader l'action Engie !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Engie : se renforce au capital de TAG (Brésil)
Droit image : Web Summit - Flickr

Le montant de l’opération

Selon l’annonce de la société Engie, la valeur de cette fameuse opération à la finalisation est de 1 milliard de réales brésiliennes. Pour bien mesurer l’ampleur de cette opération, il faut convertir cette somme en monnaie européenne. Ce qui fait une somme colossale de 160 millions d’euros. L’apport de cette opération n’est plus un mystère pour les investisseurs et les actionnaires du géant français Engie. Son impact est direct sur sa participation dans TAG.

 

Les implications de l’opération

Cette opération d’acquisition a permis à Engie de porter sa participation totale au sein de TAG à 65 %. Dans le même temps, son partenaire dans cette affaire d’acquisition va détenir le reste. En d’autres termes, les 35 % restants reviennent donc à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). Il y a d’autres mesures qui accompagnent cette transaction dès qu’elle sera finalisée. Le groupe Engie a bien fait de les notifier dans son annonce.

En effet, l’entreprise spécialisée dans le secteur énergétique en France et ailleurs va devoir conserver la méthode de consolidation. Ceci se fera exclusivement par mise en équivalence actuelle. Par contre, le groupe français prévoit qu’il y aura un impact dette nette de près de 105 millions d’euros en raison de cette opération. Notons qu’Engie fait partie des entreprises les plus en vue du CAC 40 qui réalise une avancée notable ce mardi comme les Bourses européennes.

Remarque : Rappelons tout de même que cette opération n’est pas une première entre les deux partenaires (Engie et CDPQ). La présente acquisition est venue juste après celle d’une participation de 90 % au sein du même TAG et ayant lieu il y a une année (juin 2019). Présentement, les capacités de cette société brésilienne sont totalement contractées avec des clauses « ship-or-pay ». À cela s’ajoute une durée résiduelle moyenne de 11 années.