EDF : le projet Hinkley Point connait une nouvelle avancée

  •   Le 02/06/2020 à 20h26
  •   DEHOUI Lionel

L’actualité de ce premier jour du mois de juin évoque plusieurs sujets. Sur le continent asiatique, les principales Bourses ont affiché des valeurs rassurantes en suivant l’exemple de Wall Street. Pékin, Tokyo et Hong Kong se sont montrés optimistes ce lundi comme l’indiquent les différents indicateurs de leurs marchés financiers. En Europe et particulièrement à Paris, le CAC 40 a fait un nouveau rebond alors qu’il y a du nouveau au niveau du groupe EDF.

Tradez l'action EDF en ligne !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

9.000 mètres cubes de béton coulé

L’existence d’un partenariat entre la société EDF et le géant groupe nucléaire chinois CGN n’est plus un secret. Les deux groupes travaillent depuis un certain moment sur la réalisation du projet Hinkley Point. L’annonce faite par les deux sociétés conjointement notifie qu’elles ont fait un progrès dans leur entreprise commune. Elles ont atteint une nouvelle étape dans la phase de construction de leur projet commun EPR de Hinkley Point.

Le projet est prévu pour être mis en œuvre au sud-ouest de la Grande-Bretagne. Selon les deux partenaires impliqués dans la construction, ils sont actuellement parvenus à couler le béton de la dalle pour le deuxième réacteur. C’est une réalisation accomplie en moins d’une année après la pose du jalon du tout premier béton de la tranche 1. Cela remonte au mois de juin 2019. Actuellement, environ 9.000 mètres cubes de béton ont été coulés.

 

L’évolution des travaux et les attentes

Selon le groupe EDF, l’évolution des travaux est conforme au calendrier préalablement établi dans le cadre de l’exécution de ce projet. Le niveau atteint actuellement est donc en conformité avec le calendrier initial des travaux. Le groupe a aussi souligné que les mesures de distanciation sociale sont bien en application sur le lieu de travail. En plus, il a recouru à d’autres dispositifs sécuritaires personnels en raison de la crise sanitaire occasionnée par le Covid-19.

Il faut préciser que la centrale nucléaire qui se trouve dans le Somerset devra fournir une électricité de type « bas carbone ». Selon les attentes, elle assurera plus de 7 % de la demande en électricité de la Grande-Bretagne et ceci dès sa finition. En ce qui concerne le groupe EDF, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) avait fait un bilan annuel le jeudi 28 mai 2020.

 

Quelques points évoqués par l’ASN

L’ASN a jugé acceptable le degré de sûreté des installations nucléaires en France. À cela, elle ajoute qu’il y a un recul de la rigueur en ce qui concerne l’exploitation des centrales d’EDF. Elle a constaté néanmoins que les opérateurs nucléaires sont un peu plus conscients des défis industriels en jeu. Elle a aussi trouvé que les capacités d’ingénierie de l’électricien public ont atteint leur niveau de saturation selon les déclarations de son président, M. Bernard Doroszczuk.

Au cours de son audition au Sénat, le président soulignait le même jeudi que la documentation opérationnelle du groupe EDF n’est pas fiable. L’ASN affirme que cette documentation n’est pas en adéquation avec la réalité des faits observés sur le terrain. Elle se prononçait ainsi par rapport aux simulations d’incidents qui ont eu lieu l’année dernière. Selon l’Autorité, cette documentation contenait des erreurs ou encore des dispositions impossibles à réaliser.