EDF cible 15,2 à 15,7 milliards d’euros d’Ebitda pour 2020

  •   Le 30/07/2020 à 19h18
  •   DEHOUI Lionel

C’est vrai que la saison des résultats continue de faire son bout de chemin. Les résultats qui sont publiés témoignent clairement du poids de la pandémie du coronavirus sur le secteur économique mondial. Une situation qui est loin de redonner vie aux économies. Mais les entreprises, leurs actionnaires ainsi que les investisseurs gardent espoir et se préoccupent des chiffres de l’avenir. La société d’Électricité de France (EDF) en est un exemple.

75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Le résultat net et l’Ebitda d’EDF

En se penchant sur les résultats de la compagnie électrique EDF, l’on s’aperçoit aisément que son résultat net part culmine à -701 millions d’euros à fin juin. Ce qui est essentiellement dû aux éléments non récurrents alors que son résultat net part était de 2,5 milliards d’euros il y a un an auparavant. En organique, la société a connu une baisse de 1,6 % pour l’Ebitda, soit à 8,196 milliards d’euros. La compagnie reste sur cette même tendance.

En effet, EDF réalise un résultat net courant en recul de 9,6 % à 1,267 milliard d’euros. Toutefois, l’Ebitda a bénéficié des meilleures conditions de prix en France et en Grande-Bretagne malgré la production nucléaire en baisse dans l’Hexagone.

Il a aussi bénéficié d’un autre côté de meilleures conditions hydrologiques. Il est cependant affecté par l’impact de la présente crise sanitaire à hauteur de 1,01 milliard d’euros. Le CA d’EDF prouve que le coronavirus continue de peser.

 

Son chiffre d’affaires et son cash-flow

La société française a vu son chiffre d’affaires s’abaisser de 4,9 % à 34,71 milliards d’euro en données publiées ainsi qu’en comparables. Au fait, la production nucléaire sur l’ensemble des territoires français s’est établie à 174,0 TWh. Ce qui correspond à une baisse de 29,7 TWh par rapport aux six premiers mois avec près de 13 TWh liés à la pandémie du Covid-19. En revanche, il est temps de voir de près d’autres résultats comme le cash-flow.

En effet, le cash-flow de la compagnie s’est établi à -1,889 milliard d’euros (à fin juin de la présente année). Rappelons qu’à la même période l’an précédent, le cash-flow était de +1,047 milliards d’euros. Sa valeur actuelle s’explique notamment par la dégradation du besoin en fonds de roulement de -1,364 milliard d’euros.

Remarque : Cette dégradation s’explique par la détérioration du besoin en fonds de roulement lié à la contribution au service public d’électricité. Cette dernière étant causée par une production renouvelable importante dans l’Hexagone avec le contexte de prix bas au S1 2020 (-715 millions d’euros). Par ailleurs, dans le but de combler les effets pandémiques sur le groupe, deux plans sont mis sur pieds.

 

Les détails des plans et l’objectif d’EDF

Les deux plans mis en œuvre sont : un plan d’économies et un plan de cessions. Ils visent la baisse des prix, parallèlement avec une cible de 500 millions d’euros de diminution des charges opérationnelles. Ce qui doit être fait entre 2019 et 2022. Ils visent également une stabilisation des investissements nets à près de 15,0 milliards en moyenne annuelle de 2020 à 2022.

La société EDF vise aussi un Ebitda 2020 compris entre 15,2 et 15,7 milliards d’euros tandis que l’engagement de nouvelles cessions sera fait. L’objectif qui l’accompagne est d’environ 3 milliards d’euros entre 2020 et 2022. Ce plan s’inscrit en effet dans le cadre de la stratégie CAP 2030 tout en garantissant la solidité du bilan d’EDF. L’entreprise ne compte pas distribuer d’acompte sur dividende en 2020.