Pourquoi le crowdfunding immobilier se démarque-t-il des financements participatifs ?

En quelques années, la finance alternative en France a investi tous les pans de l’économie pour voir le montant des fonds collectés augmenter de 39 % en 2018, 1407 millions d’euros collectés contre 1012 millions d’euros en 2017, selon le dernier baromètre du crowdfunding en France publié en janvier 2019 par KPMG en association avec FPF. Sur ces 1407 millions d’euros collectés, 689 M€ ont participé au financement des entreprises contre 525 M€ en 2017, soit une progression de 31 %. Ils se répartissent en trois secteurs : économique, culturel, social. Sans grande surprise, le secteur économique capte la plus grande partie avec 653 M€ des fonds collectés, dont 32 % sont captés par le marché de l’immobilier, grand champion de la collecte ; les autres acteurs de secteur économique captant entre 2 % et 19 % des fonds. Mais en quoi consiste le crowdfunding immobilier ? Qu’est-ce qui explique son succès ? Focus sur un secteur qui surfe sur toutes les tendances.  

Pourquoi le crowdfunding immobilier se démarque-t-il des financements participatifs ?

 

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

Le crowdfunding désigne le financement participatif de manière générale. Son principe est simple : des porteurs de projet sont financés par des investisseurs souvent privés à travers une plateforme internet. Parmi le crowdfunding, on peut distinguer plusieurs sous-familles : les dons, les récompenses, les prêts (ou crowdlending), les prises de participation dans les entreprises (crowdequity).

Le crowdfunding immobilier est un investissement participatif sous forme de prêt qui consiste à acquérir ou à construire un bien immobilier à travers une plateforme de financement en ligne, comme Homunity. À l’instar d’autres plateformes de financement participatif, la plateforme met en relation les porteurs de projets immobiliers, bien souvent des promoteurs, avec les particuliers.

 

Comment fonctionne le crowdfunding immobilier ?

Aujourd’hui, les banques ne prêtent plus aux promoteurs immobiliers pour acheter les terrains nécessaires à la construction de programmes neufs. Ces derniers ont donc de gros besoins en liquidités. Pour les satisfaire et réaliser leurs programmes, ils émettent donc des dettes obligataires, éligibles à l’appel public à l’épargne. 

C’est ainsi qu’un porteur de projet immobilier peut présenter son ou ses différents programmes assortis d’un plan de financement sur une plateforme en ligne. Des particuliers, en recherche d’opportunités d’investissement plus rentables qu’un Livret A (0,75 %) ou qu’un PEL (1 %), par exemple, en prennent connaissance et décident d’y investir. Quand la construction voit le jour au bout de 12 à 24 mois, l’investisseur est remboursé et touche ses intérêts dès lors que le programme est vendu.

 

Pourquoi le crowdfunding immobilier est-il plus intéressant ?

Forte d’une communauté de près de 12 000 personnes — selon les sources du site-conseil Bourse et Placements, Le Revenu —, le crowdfunding immobilier est particulièrement attractif. En effet, les taux d’intérêt versés se situent entre 8 à 10 %, avec une constante de constatée à 9,3 %, par exemple sur la plateforme Homunity, spécialisée dans le crowdfunding immobilier. Ces taux sont bien supérieurs aux placements classiques, et ce, sur une valeur sûre : l’immobilier qui a enregistré d’excellentes performances ces dernières années, notamment en raison des différents dispositifs mis en place par l’État pour le booster (Loi Pinel, taux zéro…) accompagnés par des taux très bas et assez stables : 1,30 % sur 15 ans, 1,50 % sur 20 ans et 1,70 % sur 25 ans.

 

Le crowdfunding immobilier présente-t-il des risques ?

Comme tout investissement, le crowdfunding immobilier présente des risques. Si un programme immobilier ne se vend pas et qu’il ne sort pas de terre, l’obligation est obsolète. D’où l’intérêt d’être particulièrement vigilant sur le choix de la plateforme retenu pour financer ce type de projet, tout en s’assurant que le programme immobilier financé se vend.

Il est à noter que les plateformes œuvrant sur ce segment, tout comme celles dédiées au financement participatif des entreprises, de type Les Entreprêteurs, sont immatriculées en qualité d’Intermédiaire en Financement participatif et placées sous le contrôle de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution). Ces plateformes sélectionnent avec beaucoup d’attention les projets mis en ligne sur leur site et toutes les informations relatives aux promoteurs immobiliers sont consultables en ligne.

Pour conclure, le crowdfunding immobilier est un investissement d’avenir et une alternative de choix au financement bancaire pour les promoteurs immobiliers. Protégé par la plateforme de crowdfunding qui pilote l’emprunt et le remboursement, l’investissement réalisé vous permet aussi de mieux valoriser son épargne tout en la diversifiant.

 

Note: 5.00 1 votes