Chute du surendettement en 2020 sur fond de crise sanitaire

La crise sanitaire aurait-elle permis à de nombreux français de sortir du surendettement ou de trouver des solutions autres à leur endettement ? C’est en tout cas ce que semble démontrer la Banque de France avec les dernières données publiées ce mois-ci. En effet et selon les chiffres communiqués, le nombre de dépôt de dossiers de surendettement sur l’année 2020 a montré une baisse très importante de l’ordre de 24% comparativement à 2019. Notons cependant que le nombre de dossier déposés est en baisse régulière depuis plusieurs années avec 9% de moins en moyenne chaque année depuis 2014.  

Chute du surendettement en 2020 sur fond de crise sanitaire

Résumé global des données sur le surendettement, communiquées par la BDF :

Ainsi et selon le rapport rendu public par la Banque de France, durant l’année 2020, ce sont 108 731 dossiers qui ont été déposés auprès des commissions de surendettement de ses services en France métropolitaine. Sur ces dossiers, près de 97% ont été jugés comme étant recevables. Cela représente donc une baisse de l’ordre de 24% par rapport au nombre de dossiers recevables en 2019.

L’enquête réalisée par la Banque de France a pour objectif de dresser un portrait le plus précis possible de la situation du surendettement des ménages dans le pays et tend à étudier le contexte sociodémographique ainsi que les caractéristiques du surendettement. Rappelons que la baisse des surendettés en France s’observe à une moindre mesure depuis 2015.

Cette baisse exceptionnelle de 2020 semble ainsi démontrer un lien direct avec la pandémie de Covid-19 et s’observe notamment durant les confinements successifs. Il reste cependant compliqué de déterminer avec davantage de précision les causes de cette baisse. On peut supposer que les confinements et la fermeture de nombreux commerces ont entrainé une baisse sensible de la consommation et des dépenses.

 

Quelle structure pour le surendettement 2020 ?

Entrons maintenant un peu plus dans le détail de ces chiffres en tentant de comprendre la structure du surendettement des ménages.

En ce qui concerne le montant de l’endettement moyen par dossier, est de 30 317 euros et il oscille entre quelques centaines d’euros à plusieurs millions d’euros (cas particulièrement rares). Dans les faits, un tiers des français en surendettement présentent des dettes inférieures à 10 000 euros. Seuls une petite partie des ménages français soit 2.2% des ménages surendettés ont une dette de plus de 250 000 euros.

Au total, ce sont près de 4.8 milliards d’euros qu’accumulent les dossiers de surendettement en France avec 37% de dettes à la consommation, 34% de dettes immobilières et 13% de dettes de charges courantes. Ces dernières sont présentes dans plus de 78% des dossiers de surendettement et comprennent les dettes de logement, les dettes fiscales et les dettes d’énergie et de communication.

Il est ici important de noter que la structure de l’endettement français a évolué au cours des dernières années. Ainsi, entre 2010 et 2017, on a pu assister à une baisse importante de l’endettement à la consommation et à une hausse de l’endettement immobilier.

 

Qui sont les français les plus endettés en 2020 ?

Le rapport s’intéresse également au profil des personnes surendettées qui sont le plus souvent dans des situations d’isolement et sociales complexes. Plus de 57% des personnes ayant déposé un dossier vivent ainsi en-dessous du seuil de pauvreté monétaire et plus de 53% sont célibataires, séparés ou veufs.

L’étude semble également démontrer que les femmes sont davantage concernées que les hommes par le surendettement avec 54% des dossiers de débiteurs entre 25 et 54 ans. L’explication apportée à ce phénomène est celle d’une rémunération inférieure à celle des hommes et le nombre de familles monoparentales.

En ce qui concerne la situation professionnelle des surendettés français, on trouve 30% d’employés, 21% d’ouvriers et 26% de chômeurs.

 

Traitement des créances des dossiers de surendettement :

En ce qui concerne la réponse apportée à ces dossiers de surendettement en 2020, on retiendra que 118 376 ont été clôturés dont 59% ont fait l’objet d’une remise de dettes partielle ou totale pour un montant total de 1.5 milliard d’euros soit 26.9% de la dette globale des situations closes. Au total, la dette effacée en 2020 a baissé de 17% par rapport à 2019.

La moyenne du montant de remise pour les dossiers clos avec effacement total de la dette est de 19 851 euros pour cette période. En ce qui concerne les effacements partiels, le montant moyen de la remise était de 24 037 euros.

En ce qui concerne les créanciers, les dettes immobilières ont été abandonnées à seulement 10% et les dettes financières à 34% des créances pour le secteur bancaire et financier. Les dettes publiques ont été effacées à hauteur de 35% et celle des créanciers privés à hauteur de 40%. On note également 52% de dettes de logement privé et 55% des dettes de logement social ont été effacées durant cette année 2020.