Coronavirus : l’UE et Moderna discutent d’un contrat pour un nouveau vaccin

  •   Le 17/02/2021 à 14h38
  •   DEHOUI Lionel

L’Union européenne envisage d’acheter 150 millions de doses de vaccins supplémentaires contre le Covid-19 auprès de Moderna. Elle a eu un échange avec ce dernier à propos de ce projet. Pendant ce temps, le laboratoire AstraZeneca présente des incertitudes sur la livraison des 40 millions de doses, dont il a fait la promesse au T1.

--- Publicité ---
Trader l’action Moderna !
67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Trader les CFD avec eToro
Coronavirus : l’UE et Moderna discutent d’un contrat pour un nouveau vaccin

Vaccins contre le covid-19 : l’UE déterminée à vacciner la majorité de sa population

L’objectif actuel de l’UE est de vacciner avant la fin de l’été, 70 % des adultes de sa population (450 millions d’habitants). De ce fait, elle a lancé la précommande de près de 2,3 milliards de doses de vaccins. L’achat est prévu auprès de six laboratoires. Cependant, les groupes pharmaceutiques peinent à satisfaire les doses promises à l’organisation.

En attendant les livraisons des vaccins par les groupes pharmaceutiques, l’UE s’est lancée dans la discussion d’un nouvel accord avec Moderna. Ce dernier lui fournira 150 millions de doses de vaccins supplémentaires.

Par ailleurs, l’Union européenne envisage aussi de clôturer les échanges avec le laboratoire Novavax pour l’approvisionnement de 200 millions de doses de vaccins. Ce sont là les déclarations faites à Reuters, par deux responsables de premier plan chargés des négociations, suite à une réunion tenue avec la biotech la semaine passée.

 

Vaccins anti-Covid : l’UE peine-t-elle à trouver des fournisseurs fiables ?

D’après l’une des sources, une partie des doses du nouvel accord serait probablement livrée d’ici le mois de juin. Une autre source doute de la faisabilité de ce projet, en soulevant les difficultés de Moderna, qui n’a pu livrer que 10 millions de doses au premier trimestre à l’UE.

Par ailleurs, le groupe américain a souligné qu’il discutera avec les autorités de régulation pour augmenter le nombre de doses dans ses flacons (10 à 15).

En outre, avant d’entamer les négociations avec Moderna, une première discussion avait déjà eu lieu entre les responsables de l’UE et ceux d’AstraZeneca. Celle-ci s’est tenue le vendredi et a porté sur la baisse des livraisons des vaccins. En effet, le mois dernier, le groupe anglo-suédois n’a pas pu livrer le nombre de doses promis à l’Union.

 

AstraZeneca propose de produire les vaccins hors de l’Europe

AstraZeneca avait proposé le 22 janvier au bloc de diminuer sa contribution en vaccins d’environ 60 % pour le compte du premier trimestre, soit à 31 millions de doses, à cause des problèmes de production. Mais, après des discussions tendues avec le bloc, le laboratoire a finalement décidé de livrer 40 millions de doses à l’UE.

D’ailleurs, les deux entités continuent de discuter dans le but d’accélérer la production. Lors de leur réunion, les responsables d’AstraZeneca ont affirmé que l’accélération de la production sera possible si les vaccins étaient fabriqués en dehors de l’Europe.

Le Serum Institute of India peut servir de fournisseur dans ce cadre. De plus, une usine de fabrication à Baltimore, aux États-Unis pourrait être sollicitée également. Selon Thierry Breton (le commissaire européen au Marché intérieur), la grande partie de la production de l’usine de Baltimore serait destinée à l’UE.

Toutefois, il convient de préciser qu’une autorisation de l’Agence européenne des médicaments (EMA) reste indispensable avant toute livraison de vaccins produits hors de l’UE.