Coronavirus aux Etats-Unis : Le CAC 40 dans le rouge

  •   Le 30/06/2020 à 16h06
  •   DEHOUI Lionel

Avant l’ouverture de la séance du lundi, le comportement des investisseurs annonçait une ouverture à la baisse. Aux environs de 8 h 15, le contrat futur sur l’indice CAC 40 - livraison juillet - lâche 36,5 à 4 841,5 points, sonnant le début d’une séance en baisse. Elle est justifiée par la panique des investisseurs face à l’augmentation rapide des nouveaux cas du Covid-19 aux États-Unis.

Coronavirus aux Etats-Unis : Le CAC 40 dans le rouge
Droit image : krispdk - Flickr

Le Coronavirus monte en flèche aux États-Unis

Ces derniers mois, le nombre de personnes atteintes du coronavirus ne cesse d’augmenter aux États-Unis. À ce propos, les indicateurs de l’Université Johns Hopkins ont indiqué que la pandémie prenait de l’ampleur dans une trentaine d’Etats américains avec des cas jugés particulièrement inquiétants dans les États de la Floride et de l’Arizona.

Du côté de l’Outre-Atlantique, le nombre de cas confirmés va au-delà de 2,5 millions. Cette situation fait des Etats-Unis l’un des pays les plus touchés sur terre (devant le Brésil qui ne compte que 1,3 million de cas).

Selon les équipes de la banque privée Oddo BHF, cette hausse des contaminations s’explique par la levée graduelle du confinement. Alors que les agents économiques se déplacent à nouveau, ils consomment davantage et le marché du travail donne des signes de brève amélioration. C’est pendant ce temps que la circulation du virus tend à s’accélérer.

La banque privée ajoute que pour freiner la propagation du virus, il est préférable que des restrictions à la mobilité soient prises localement dans chaque État. Au Texas, le gouverneur a déjà suspendu la levée des mesures de déconfinement dans l’État ce vendredi.

 

À propos du rapport mensuel sur le marché du travail

Les initiatives sur les marchés devraient rester très limitées, en attendant cette semaine qui s’annonce vraiment chargée. En effet, le consensus attend fermement la publication du dernier rapport sur l’emploi aux États-Unis. Les données attendues dans ce rapport par le consensus sont la création de trois millions de postes pour un taux de chômage en baisse à 12,3 % en mai.

Cependant, les économistes estiment que les données de ce rapport sont entourées d’une marge d’imprécision très large comparativement aux rapports antérieurs. Ces imprécisions sont justifiées par une moindre participation des membres du BLS aux enquêtes à cause de la crise sanitaire.

Par ailleurs, les analystes de la banque privée d’Oddo soulignent que « le BLS ne cache pas que le taux de chômage qui était estimé à 14.8 % en avril et 13.3 % en mai. Cela pourrait bien être trois à cinq points plus haut ».

 

Le CAC 40 surprend les analystes

Bien qu’une ouverture à la baisse était attendue à la Bourse de Paris ce lundi, elle a clôturé sa séance dans le vert en reprenant de l’altitude (+0,73 % à 4.945).

Après ce rebond, il n’y a aucun doute que les investisseurs manifestent une volonté de ramener le CAC 40 au niveau de l’objectif symbolique des 5 000 Pts. Dans l’actualité des valeurs, Renault reste en tête du CAC 40 avec +4,7 % et devant Crédit Agricole avec +3,8 %.